NOUVELLES

Le roi du Maroc s'entretient avec Clinton de l'"odieuse attaque" de Benghazi

16/09/2012 02:26 EDT | Actualisé 16/11/2012 05:12 EST

Le roi du Maroc Mohammed VI s'est entretenu dimanche avec la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et a condamné à la fois "l'odieuse attaque" contre le consulat américain en Libye et les "provocations inadmissibles" du film islamophobe produit aux Etats-Unis.

Lors de cet entretien téléphonique, le souverain a exprimé ses "sincères condoléances" pour la mort des quatre Américains, dont l'ambassadeur Chris Stevens, dans l'attaque mardi du consulat de Benghazi, dans l'est de la Libye, qualifiée "d'odieuse" par Mohammed VI, selon un communiqué du palais royal.

Durant cette même conversation, il a par ailleurs dénoncé "les provocations douteuses et inadmissibles portant atteinte aux valeurs sacrées de la religion musulmane", d'après ce même texte, cité par l'agence de presse MAP.

Le gouvernement islamiste du Maroc avait, dès mercredi soir, qualifié d'"agression ignoble" l'attaque sanglante contre le consulat américain en Libye, tout en condamnant "fermement" le film dénigrant l'islam qui a déclenché des protestations violentes dans le monde arabe et au-delà.

Ce même mercredi, près de 300 personnes avaient manifesté devant le consulat des Etats-Unis à Casablanca pour protester contre le film, produit aux Etats-Unis. Vendredi, 200 salafistes ont déchiré et brûlé un drapeau américain à la sortie d'une mosquée de Salé, ville jumelle de la capitale Rabat.

Lors de leur entretien, Mohammed VI et Hillary Clinton se sont eux félicité "de la qualité exceptionnelle des relations entre les deux pays et des perspectives de leur développement futur", selon la MAP.

Mme Clinton a participé jeudi à Washington au premier "dialogue stratégique américano-marocain", en présence de son homologue Saad Dine Othmani.

Elle a estimé que le Maroc devait servir de "modèle" pour la région, et indiqué vouloir doper les échanges entre les deux pays.

Sur le plan économique, Washington va débloquer 1,5 million de dollars pour aider le royaume à attirer des investisseurs et lutter contre la corruption.

gk/cnp

PLUS:afp