NOUVELLES

Le président soudanais Béchir rencontre au Caire le président égyptien Morsi

16/09/2012 11:31 EDT | Actualisé 16/11/2012 05:12 EST

Le président soudanais Omar el-Béchir, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt international, s'est entretenu dimanche au Caire avec le nouveau président égyptien Mohamed Morsi au sujet des évènements au Moyen-Orient et des relations entre leurs pays, selon des sources officielles.

Cette visite de deux jours est la première effectuée en Egypte par le président soudanais depuis l'élection de l'islamiste Mohamed Morsi en juin, plus d'un an après la chute du régime de Hosni Moubarak renversé par une révolte populaire en 2011.

Le président Béchir a examiné avec son homologue égyptien les "moyens de renforcer leurs relations et passé en revue les derniers événements dans le monde arabe et au Moyen-Orient", a indiqué l'agence officielle Mena. Des ministres des deux pays ont participé aux entretiens.

Le Caire et Khartoum ont été touchés ces derniers jours par de violentes manifestations provoquées par la diffusion d'extraits d'un film de piètre qualité, réalisé aux Etats-Unis, dénigrant l'islam et le prophète Mahomet.

Avant le voyage de M. Béchir, Amnesty International avait appelé l'Egypte à retirer l'invitation qu'elle avait adressée au leader soudanais, et avait appelé les autorités égyptiennes à "l'arrêter s'il se rend au Caire".

"Si l'Egypte accueille Omar el-Béchir elle deviendra un havre de paix pour des auteurs présumés de génocide", a estimé Marek Marczynski, directeur de la campagne de Justice internationale à Amnesty.

Le président soudanais est depuis 2009 sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), qui l'accuse de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis à l'encontre des habitants du Darfour, une région de l'ouest du Soudan.

Dans le passé, l'Egypte n'a pas tenu compte de ces mandats d'arrêt, le président soudanais se rendant au Caire en 2009, quelques semaines après le lancement du mandat, et en 2011 pour rencontrer les militaires au pouvoir pendant la période de transition après la chute de Hosni Moubarak.

jaz/hj/cnp

PLUS:afp