NOUVELLES

Cambodge: libération d'une ex-dirigeante des Khmers rouges déclarée sénile

16/09/2012 03:45 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

PHNOM PENH, Cambodia - PHNOM PENH (Sipa) — Une ancienne responsable du régime des Khmers rouges, Ieng Thirith, 80 ans, a été libérée en raison de son état de santé, après avoir été déclarée inapte à être jugée pour génocide par le tribunal spécial soutenu par les Nations unies.

Ieng Thirith souffre d'une démence dégénérative, sans doute la maladie d'Alzheimer, qui réduit ses capacités mentales.

Elle a été accompagnée à l'extérieur du tribunal dimanche par des membres de sa famille.

Le tribunal a annoncé qu'il imposait certaines restrictions à sa libération, après que des procureurs ont fait appel de la décision, jeudi, de la libérer sans conditions. Ieng Thirith doit rester au Cambodge, informer les autorités du lieu où elle réside et se rendre au tribunal à chaque convocation.

Ieng Thirith était ministre des Affaires sociales et la femme la plus haut placée sous le régime khmer rouge. Elle était aussi l'épouse de Ieng Sary, ministre des Affaires étrangères de l'époque, et la belle-soeur du dirigeant Pol Pot, mort en 1998.

Ieng Thirith est accusée d'avoir participé à "la planification, la direction, la coordination et l'ordre de mener des purges massives". Elle a été inculpée de crimes contre l'humanité, génocide, homicide, torture et persécution religieuse mais a toujours rejeté les charges, soutenant qu'elle avait oeuvré pour le bien de la population.

Le tribunal mène actuellement le procès de trois anciens hauts responsables du régime des Khmers rouges, qui a fait 1,7 million de morts entre 1975 et 1979 au Cambodge. Les trois accusés sont Nuon Chea, 85 ans, idéologue du régime et ex-adjoint de Pol Pot (le chef des Khmers rouges, décédé en 1998), l'ancien chef d'Etat Khieu Samphan, 80 ans, et l'ex-ministre des Affaires étrangères Ieng Sary, 86 ans.

pyr/AP-v0084

PLUS:pc