NOUVELLES

À la rentrée, les députés fédéraux doivent gérer l'impact des compressions

16/09/2012 12:47 EDT | Actualisé 16/11/2012 05:12 EST

OTTAWA - Le caucus conservateur se réunit lundi pour la première fois depuis la fin de la session parlementaire au printemps dernier, et les retrouvailles seront marquées par des discussions plus sérieuses que celles à propos des barbecues et des vacances au chalet.

De nombreux députés ont dû défendre les compressions budgétaires du gouvernement Harper pendant l'été, certaines d'entre elles ayant touché des services locaux comme le transport ferroviaire, la garde côtière et les voies navigables.

Dans certains cas, le lobbying exercé afin d'atténuer l'impact de ces décisions sur les citoyens a été fort important.

À l'instar de ses collègues du site historique de la Voie-Navigable-Trent-Severn et du Canal Rideau, Barry Devolin a dû composer avec l'annonce de compressions pour la saison d'activité du site. Les députés sont cependant parvenus à convaincre le ministre de l'Environnement, Peter Kent, de retarder l'une des mesures — la réduction de la durée de la saison active —pour plutôt lancer des consultations visant à déterminer le meilleur moyen de composer avec les compressions budgétaires imposées aux voies navigables. Les discussions ont mené au dépôt d'une proposition à la fin du mois d'août.

M. Devolin travaille ainsi sur un projet de loi d'initiative parlementaire qui permettrait de transférer la gestion du site de la Voie-Navigable-Trent-Severn à une agence indépendante. Il estime que le potentiel économique de la voie navigable n'a toujours pas été exploité dans son ensemble.

M. Devolin ajoute que le site lui est très cher, et qu'il l'est pour plusieurs citoyens de sa circonscription. À son avis, plusieurs citoyens questionnent le rôle de Parcs Canada et se demandent si l'organisation est la mieux placée pour gérer le site de Trent-Severn.

Sur l'île de Vancouver, le député James Lunney s'est opposé aux compressions qui mèneront à la fermeture de nombreux centres de services de communications et de trafic maritime (SCTM) le long de la côte de la Colombie-Britannique. Il conteste également la fermeture d'une station de recherche et de sauvetage à Vancouver.

«Nous avons les employés de SCTM les mieux formés du monde, les membres de nos équipes de recherche et de sauvetage sont également les meilleurs. Ils ont tout fait pour fournir des services efficaces et sécuritaires», a écrit M. Lunnet dans un communiqué publié en juin dernier.

«Au cours des dernières semaines, nous avons rencontré des autorités responsables à Ottawa et nous avons mis des solutions réalistes sur papier. Je crois que le public a soutenu ma démarche en exprimant sa frustration, je demeure confiant de parvenir à une solution plus prometteuse pour la côte britanno-colombienne.»

À travers le Canada, d'autres députés ont eu à composer avec la réduction du nombre d'employés et de l'offre de services chez Via Rail. Certaines stations n'ont plus d'employés, et des passagers handicapés se sont plaints de ne plus pouvoir embarquer dans les trains, faute d'assistance. Le budget conservateur prévoit des compressions de 41,2 millions $ chez Via Rail en trois ans.

PLUS:pc