NOUVELLES

Tunisie: un parti accuse un membre du gouvernement de vouloir tuer son chef

15/09/2012 01:01 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

Le parti politique tunisien Nidaa Tounès (l'Appel de la Tunisie) a accusé samedi un membre du gouvernement dirigé par les islamistes d'orchestrer l'assassinat de son chef Béji Caïd Essebsi.

"Nous avons été mis en garde par des amis de la Tunisie contre un plan visant la liquidation de M. Essebsi avant le 23 octobre", a déclaré Mohamed Lazhar Akremi, un dirigeant de cette formation sur les ondes d'une radio tunisienne privée.

Selon lui, l'assassinat projeté est orchestré par "un membre du gouvernement actuel" dominé par les islamistes du parti Ennahda et serait attribué à des salafistes jihadistes.

La présidence du gouvernement a rapidement réagi, dénonçant sur son site officiel des "propos graves" et "sans fondements".

"Compte tenu de la gravité de ces propos sans fondements qui visent une partie gouvernementale et loin de toute surenchère politico-médiatique préjudiciable à la sécurité générale, la présidence demande à l'auteur des propos d'assumer la responsabilité de ce qu'ils pourraient engendrer", a-t-elle averti.

Ces déclarations interviennent dans un climat tendu en Tunisie au lendemain de violence vendredi aux abords de l'ambassade américaine qui ont fait quatre morts et 49 blessés.

Ministre du premier président tunisien Habib Bourguiba, président du Parlement sous le président déchu Zine El Abidine Ben Ali, puis Premier ministre provisoire après la révolution du début 2011, M. Essebsi ambitionne de faire contrepoids à Ennahda en prévision des élections générales en 2013.

kl/Bsh/sbh

PLUS:afp