NOUVELLES

Trafic de drogue: le Vénézuela et la Bolivie sur la liste noire américaine

15/09/2012 07:54 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

CARACAS, Venezuela - Les gouvernements du Vénézuela et de la Bolivie ont rejeté samedi un rapport de l'administration américaine, qui accuse ces deux pays d'Amérique du Sud de ne pas remplir ses engagements en matière de lutte contre le trafic de drogue.

Le document indique que le Vénézuela, la Bolivie et la Birmanie ont «manifestement échoué» dans cette lutte au cours de la dernière année, ce qui leur a valu d'être placés sur la «liste noire» de Washington pour les efforts dans la lutte contre le trafic de drogue. Le rapport indique que le Vénézuela demeure un passage de choix pour la transition de drogues qui quittent l'Amérique du Sud et il rappelle que des autorités boliviennes ont été arrêtées pour avoir facilité la livraisons de cargaisons de stupéfiants.

Les deux pays, qui sont dirigés par des gauchistes fort critiques de la politique étrangère des États-Unis, ont fustigé le rapport, démenti les allégations qu'il contient et indiqué que Washington n'avait pas le droit de juger la performance des autres pays en matière de contrôle du trafic de drogue.

Une déclaration du ministre des Affaires étrangères du Vénézuela déplore l'attitude de Washington, «qui s'acharne à détruire les relations bilatérales en publiant un document de ce genre».

Le président bolivien Evo Morales a quant à lui accusé les États-Unis d'utiliser la guerre contre les stupéfiants à des fins politiques.

PLUS:pc