NOUVELLES

Marikana: la police n'exclut pas de faire appel à l'armée en cas de besoin

15/09/2012 07:59 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

La police sud-africaine n'exclut pas de faire appel à l'armée "si besoin" pour maintenir l'ordre dans le site de Marikana (nord), en grève depuis plus d'un mois, a indiqué un porte-parole, alors qu'un hélicoptère militaire survolait la zone.

"L'hélicoptère militaire est là en renfort, car la police elle-même n'a qu'un hélicoptère (mobilisé) et lorsqu'un hélicoptère se pose, un autre prend le relais", a déclaré le porte-parole de la police régional, Thulani Ngubane.

"Si la situation fait ensuite que nous ayons besoin de militaires en renfort, alors ils viendront en renfort. Ils font partie de l'Etat et toutes les ressources de l'Etat sont à disposition pour garantir le maintien de l'ordre à Marikana", a-t-il ajouté.

"Mais à ce stade, il n'y a nulle part de militaire sur le terrain ou dans la zone d'opération de Marikana. Nous avons à disposition toutes les ressources de l'Etat, mais un objectif unique: soutenir et de compléter l'action de la police", a-t-il poursuivi.

La police a effectué une descente massive dans la nuit de vendredi à samedi autour de la mine du groupe britannique Lonmin, où un conflit salarial a dégénéré, faisant 45 morts, dont 34 grévistes abattus par la police le 16 août.

jg/clr/cpb/gib

PLUS:afp