NOUVELLES

L'Afrique du Sud s'impose en double et rétrécit l'avance du Canada à 2-1

15/09/2012 03:56 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

MONTRÉAL - Le Canada devra attendre encore un peu avant de retourner dans la cour des grands du tennis.

Daniel Nestor et Vasek Pospisil se sont inclinés en trois sets, 6-4, 7-6 (3) et 7-6 (5), dans leur match de double contre Izak Van der Merwe et Raven Klaasen, samedi, sur le court no 1 du stade Uniprix au parc Jarry. La formation canadienne a ainsi vu son avance être réduite à 2-1 dans l'épreuve de barrage du groupe mondial de la Coupe Davis qui la met aux prises à l'Afrique du Sud.

«On savait qu'on aurait droit à un match difficile aujourd'hui, même si on n'envisageait pas la défaite. Le match difficile, on y a eu droit, a noté le capitaine de l'équipe canadienne Martin Laurendeau. La défaite est dure à digérer parce qu'on voulait fermer les livres. Mais il s'agit de rester calme et de se préparer pour (dimanche) en ne perdant pas de vue la position dans laquelle on se trouve, qui est une bonne position.»

«J'ai eu des hauts et des bas, tant au niveau de la qualité de mes coups que de la confiance, a déploré Pospisil en analysant la défaite de samedi. Je n'ai pas réussi assez de bons coups pour réussir à effacer l'impact de mes mauvais coups.»

«On a raté trop de retours et on n'a pas réussi assez de premiers services», a relevé Nestor, en faisant allusion au fait que le duo canadien n'a bien placé que 52 pour cent de ses balles au premier service contre un taux de succès de 68 pour cent pour les Sud-Africains, en plus de commettre 30 erreurs non-provoquées comparé à 16 pour l'opposition.

Les Canadiens Milos Raonic et Pospisil ont chacun signé la victoire en trois sets dans leur match de simple, vendredi. Ce sera donc dimanche que sera attribué le billet donnant accès au groupe mondial, dans lequel évoluent les pays les plus puissants du tennis. Raonic affrontera Van der Merwe dans le premier duel de la journée, puis Pospisil se mesurera à Nikala Scholtz, un joueur non-classé par l'ATP qui évolue présentement dans les rangs collégiaux aux États-Unis.

Il faut s'attendre à ce que Raonic, la tête d'affiche du Canada, s'impose contre Van der Merwe, qui s'est avéré un joueur plus vulnérable que Scholtz lors des matchs de simple disputés vendredi. Et ce, même si Van der Merwe a indiqué samedi qu'il se sentait beaucoup mieux que la veille, et qu'il s'attendait à être en bonne forme dimanche.

«Évidemment, la qualité de son service, c'est entre ses mains, a dit Van der Merwe, le 188e joueur au monde, de son duel à venir contre le Canadien classé 15e par l'ATP, dont l'arme principale est son puissant service. De mon côté, je vais me concentrer sur mon propre jeu, tenter de jouer à mon mieux... Et on verra ce qui arrivera.»

«On sait ce que Milos peut faire, mais si Izak peut bien appliquer son plan de match, gagner ses parties au service et se rendre jusqu'en bris d'égalité, tout peut arriver», a avancé le capitaine de l'équipe sud-africaine John-Laffnie de Jager.

Une défaite de Raonic s'avérerait un désastre pour le Canada. Un désastre qui aura fait son entrée à travers une porte laissée ouverte par la performance décevante de Nestor et Pospisil, samedi.

Ceux-ci ont cédé le premier set quand Pospisil a subi un bris de service lors de la neuvième partie. Ils ont ensuite vu la deuxième manche leur échapper après avoir eu droit à quatre balles de manche alors que l'Afrique du Sud était au service, soit deux dans la neuvième partie et deux autres dans la 12e.

Un bris de service arraché à Van der Merwe dans la neuvième partie du troisième set, venu effacer le bris essuyé par Pospisil trois jeux plus tôt, n'a pas permis aux Canadiens de changer le cours du match. Et ce, même si ceux-ci ont failli transformer à leur avantage un déficit momentané de 2-5 dans cette manche.

«Ce qui est arrivé au deuxième set a été le moment charnière du match, a avancé Nestor. Le pire, c'est qu'ils n'ont rien fait de particulier pour mériter leurs points à ce moment-là. L'histoire de la journée, c'est davantage nous qui avons mal joué, et pas tant eux qui ont bien joué. Reste qu'ils ont mieux réagi que nous dans les moments-clés.»

En début de match, les deux joueurs sud-africains ont surtout cherché à mettre à l'épreuve Pospisil, qui n'est pas un spécialiste du double comme Nestor. Mais au fil des parties, constatant le jeu inégal de Nestor, ils ont davantage sollicité le vétéran canadien de 40 ans. De son propre aveu, Nestor a été moins bon que son partenaire Pospisil lors du tournoi de double des Jeux olympiques de Londres et on a encore vu des reflets de cela samedi, quoiqu'aucun des deux Canadiens n'ait connu sa meilleure journée.

«J'ai le sentiment de bien jouer encore, c'est juste que dernièrement, je ne semble pas bien réagir lors des jeux-clés d'un match. Mais ce n'est pas parce que je suis trop vieux ou trop lent», a affirmé Nestor, qui occupait le premier rang au classement mondial en double jusqu'à la semaine dernière.

Si jamais Raonic trébuche, dimanche, Pospisil sera le dernier rempart canadien contre une remontée qui s'avérerait spectaculaire pour l'Afrique du Sud. À moins que Laurendeau ne décide de recourir à un autre joueur, tel que Frank Dancevic, le quatrième joueur sélectionné au sein de la formation canadienne en vue du présent week-end.

«Pour l'instant, on se concentre exclusivement sur le quatrième match et on met toutes nos énergies là-dessus. On verra après», a indiqué Laurendeau.

«Si jamais la compétition doit se décider dans le cinquième match, je serai prêt, a assuré Pospisil. La défaite en double aujourd'hui n'affectera en rien ma confiance dans mon jeu en simple. Surtout que je joue bien en simple ces temps-ci. Ce sont deux choses complètement à part.»

PLUS:pc