NOUVELLES

Descente de police à Marikana "nécessaire", selon la présidence sud-africaine

15/09/2012 09:26 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

L'intervention massive de la police samedi sur le site du groupe britannique Lonmin à Marikana (nord) est "nécessaire", "légale" et "ne prive personne de ses droits", a affirmé la présidence sud-africaine.

"Il est nécessaire d'agir car nous sommes arrivés à un point où nous devons faire des choix importants. Si nous laissons les choses continuer, l'économie va en souffrir gravement", a déclaré Mac Maharaj, porte-parole du président Jacob Zuma.

Il a ajouté qu'il "était nécessaire d'agir, d'agir avec fermeté et dans le cadre de la loi. Nous ne privons personne de ses droits, qui restent intacts, nous disons simplement +non+ à tout agissement illégal", a-t-il ajouté.

"Concernant les troubles actuels du secteur minier, et plus particulièrement le platine, il y a maintes preuves de violences, de menaces et d'intimidation", a-t-il ajouté, se référant à la mort d'un syndicaliste, retrouvé tué d'un coup de machette asséné derrière la tête mardi, 45ème victime du conflit à Marikana.

Le gouvernement veut "assurer le retour de la stabilité", a-t-il poursuivi, en indiquant qu'à ce stade, il n'y avait pas d'usage disproportionné de la force.

"Les gens se sont vu retirer leurs armes dangereuses dans le cadre d'un processus destiné à revenir à la normalité, et je ne pense pas que cela puisse en aucune manière être décrit comme la manière forte", a-t-il dit.

Dans une interview distincte à la chaîne eNCA, M. Maharaj a souligné que des pourparlers étaient toujours en cours entre grévistes et direction de Lonmin et qu'il était important de restaurer le dialogue social dans le cadre des mécanismes habituels.

jg-clr/cpb/jb

PLUS:afp