NOUVELLES

Bombardements aériens sur al-Bab près d'Alep: au moins 12 morts

15/09/2012 07:50 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

Au moins douze civils ont été tués et une soixantaine blessés, lors de bombardements aériens dans la nuit de vendredi à samedi sur la ville d'Al Bab, tenue par les rebelles à 35 km au nord-est d'Alep, ont indiqué à l'AFP des sources hospitalières.

Dans l'hôpital de cette ville d'environ 70.000 habitants où sont installées une vingtaine de katibas (brigades) de l'Armée syrienne libre (ASL), un médecin, qui a demandé à ne pas être identifié, a précisé que deux chasseurs-bombardiers avaient pris la ville pour cible entre 16H00 (13H00 GMT) vendredi et 04H00 (01H00 GMT) samedi, larguant plusieurs bombes qui ont touché des écoles vides et des habitations.

Peu avant midi, un jet de combat décrivait des cercles serrés au-dessus de la ville, piquant sur le centre, semant la panique dans Al Bab et vidant les rues de ses habitants, mais sans bombarder ou mitrailler, avant de s'éloigner, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Dans le quartier de Birar, plusieurs rues étaient fermées par des pierres, pour interdire l'accès à des pâtés de maisons au sein desquels plusieurs demeures de parpaings et de mauvais ciment se sont effondrées.

Dans l'une d'elles, quatre personnes, dont trois femmes, ont perdu la vie, a assuré le père de l'une des victimes.

Des habitants ont affirmé à l'AFP qu'aucune cible rebelle n'était dans le quartier. "Ils visaient l'école. L'ASL y était au début de l'insurrection, mais ils l'ont quittée il y a deux mois", a affirmé Mustaga Tamro, 39 ans, professeur d'Anglais.

L'école Halima Saadia a été touchée par au moins trois bombes: un a fait s'effondrer deux étages l'un sur l'autre, un autre a éventré l'un des murs d'enceinte et un troisième a creusé dans la cour un cratère de six mètres de large sur deux de profondeur, a constaté l'AFP.

mm/sk/sw

PLUS:afp