NOUVELLES

Benoît XVI demande aux jeunes Libanais de ne pas émigrer

15/09/2012 12:32 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

Le pape Benoît XVI a demandé samedi aux 15.000 jeunes chrétiens libanais réunis à Bkerké dans la montagne libanaise de résister au "miel amer" de l'émigration et de présenter un exemple de coexistence avec les musulmans pour tout le Moyen-Orient.

"Même le chômage et la précarité ne doivent pas vous inciter à goûter le miel amer de l'émigration, avec le déracinement et la séparation pour un avenir incertain. Il s'agit pour vous d'être des acteurs de l'avenir de votre pays, et de remplir votre rôle dans la société et dans l'Eglise", a lancé le pape qui s'exprimait devant le patriarcat maronite de Bkerké.

Neuf millions de Libanais immigrés de toutes confessions vivent à travers le monde contre quelque 4 millions au Liban. L'Amérique du Nord et l'Europe restent les destinations privilégiées.

Un jeune avait déploré que "beaucoup vendent leurs terrains par nécessité, pour émigrer ou par avidité et indifférence". Il avait aussi évoqué "la mer de difficultés" que rencontre sa génération.

Benoît XVI a répondu que "les frustrations présentes ne doivent pas conduire à se réfugier dans des mondes parallèles comme ceux, entre autres, des drogues de toutes sortes, ou celui de la tristesse de la pornographie" ou encore "la confusion entre le réel et le virtuel".

"L'argent est une idole tyrannique qui aveugle au point d'étouffer la personne et son coeur", a-t-il ajouté, en remarquant: "les exemples qui vous entourent ne sont pas toujours les meilleurs".

S'adressant aux quelques jeunes musulmans présents, il a déclaré: "Il faut que l'ensemble du Moyen-Orient, en vous regardant, comprenne que les musulmans et les chrétiens, l'islam et la chrétienté, peuvent vivre ensemble sans haine dans le respect des croyances de chacun pour bâtir ensemble une société libre et humaine".

"Vous êtes avec les jeunes chrétiens l'avenir de ce merveilleux pays et de l'ensemble du Moyen-Orient. (...) La beauté du Liban se trouve dans cette belle symbiose", a-t-il observé.

Dans une atmosphère joyeuse où alternaient danses et chants religieux, le souverain pontife semblait visiblement heureux au milieu des jeunes portant des casquettes blanches sur lesquelles était écrit "je vous donne la paix" et arborant le "youcat", livre de catéchisme en arabe.

Une jeune fille a fait part au pape des difficultés de sa génération.

"Nous, jeunes du Moyen-Orient, sommes plongés dans un océan de difficultés, d'appréhension et de crainte: beaucoup de jeunes de notre génération vivent dans un grand désarroi, font l'expérience du découragement et affrontent la corruption", a-t-elle dit.

"Nous aspirons aujourd'hui à la paix (...) et rêvons d'un avenir sans guerres (...) Nous ne craignons pas les autres qui sont différents, même si nous craignons parfois la pensée fondamentaliste. Cette pensée en séduit quelques-uns. Elle entrave la dialogue des religions", a-t-elle ajouté.

Darine Tok, avocate de 28 ans, était visiblement satisfaite du message papal. "Nous attendions que le pape disent aux jeunes qu'ils doivent s'enraciner dans leur patrie. Cette terre est à nous, nous allons rester ici, en dépit des pressions", a-t-elle dit.

Alors que le souverain pontife a appelé à la coexistence entre chrétiens et musulmans, elle a critiqué ces derniers. "Ils ne laissent pas les jeunes chrétiens obtenir des postes qui sont le monopole des musulmans".

Sous des ballons en forme de chapelet, Christian Ghaoui, étudiant en mathématiques de 20 ans employé dans un supermarché pour boucler ses fins de mois, était dubitatif.

"En théorie, bien sûr, on aime notre pays et on veut y rester mais quand on décroche un diplôme, on ne trouve pas de débouchés".

"Il faut qu'on reste ici car c'est la terre des chrétiens, et bien sûr nous espérons que la venue du pape renforcera notre espoir et que nous resterons ici avec la force de Dieu et du Saint Esprit", a-t-il ajouté.

ram-noa/sk/sbh

PLUS:afp