NOUVELLES

Barack Obama rend hommage aux quatre Américains tués en Libye

15/09/2012 05:28 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

WASHINGTON - Le président Barack Obama a profité samedi de son allocution hebdomadaire diffusée à la radio et sur le Web pour rendre hommage aux quatre Américains tués en Libye et dénoncer les manifestations violentes survenues un peu partout dans le monde apparemment provoquées par un film islamophobe réalisé aux États-Unis.

Selon M. Obama, sans des gens comme Chris Stevens, premier ambassadeur américain à périr dans un attentat depuis 1979, et ses trois collègues, l'Amérique ne pourrait conserver la liberté dont elle bénéficie, la sécurité qu'elle exige et le leadership que le monde attend d'elle.

Ces propos faisaient écho aux commentaires formulés par le président dans les derniers jours, particulièrement lors de la cérémonie soulignant le rapatriement des dépouilles des quatre hommes, décédés mardi soir lors d'une attaque contre le consulat américain à Benghazi. La cérémonie a eu lieu vendredi à la base aérienne Andrews dans le Maryland.

Le discours de samedi a aussi permis à Barack Obama de réaffirmer son rôle de commandant en chef des armées moins de deux mois avant les élections présidentielles de novembre et d'attirer l'attention de la population sur la politique étrangère, un domaine où il performe mieux aux yeux des électeurs que son rival républicain, Mitt Romney.

M. Obama s'est aussi adressé aux manifestants qui sont descendus par milliers dans les rues d'une vingtaine de pays du Moyen-Orient et de l'Asie du Sud-est vendredi, leur assurant que les États-Unis respectaient la liberté de culte et ne toléraient le dénigrement d'aucune religion, incluant l'islam.

Il a toutefois ajouté que le recours à la violence n'était jamais justifié et qu'aucune religion ne pouvait excuser que l'on prenne pour cible des femmes et des hommes innocents, avant de promettre de nouveau que les responsables de l'attaque ayant coûté la vie à ses quatre compatriotes en Libye seraient traduits en justice.

«Nous n'abandonnerons jamais cette quête», a déclaré Barack Obama. «Et nous ne laisserons jamais personne ébranler les résolutions prises par les États-Unis d'Amérique.»

PLUS:pc