NOUVELLES

Attaque contre l'ambassade des USA en Tunisie: un chef salafiste recherché

15/09/2012 09:51 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

Le ministère tunisien de l'Intérieur a menacé samedi de punir toutes les personnes impliquées dans l'attaque de l'ambassade américaine vendredi, alors que le chef d'un groupe salafiste jihadiste était recherché par la police.

"Toute personne impliquée de près ou de loin dans les événements (...) devant l’ambassade américaine à Tunis sera punie", a déclaré le porte-parole de la sûreté nationale Mohamed Ali Aroui.

Il était interrogé sur Mosaïque FM sur une descente de la police au domicile de Seif Allah Ibn Hussein (alias Abou Iyadh) chef du courant "Ansar al-charia" (Partisans de la charia).

M. Aroui est resté évasif mais un des partisans d'Abou Iyadh a confirmé cette descente en banlieue de Tunis.

"La police est venue vendredi soir au domicile d'Abou Iyadh, mais il n'a pas été arrêté parce qu'il ne s'y trouvait pas", a indiqué à l'AFP ce militant parlant sous couvert d'anonymat.

Des escarmouches ont par ailleurs opposé samedi des jeunes à la Cité Ettadhamen, un bastion salafiste en banlieue ouest de Tunis, a indiqué un témoin à l'AFP.

Des jeunes "s'en sont pris à coups de pierres à des salafistes (...) qui ont pris la fuite" selon un habitant.

Des bus ont été endommagés et la circulation s'est momentanément arrêtée, la police a patrouillé sans intervenir, selon la même source.

Le ministre de l'Intérieur Ali Larayedh, membre du parti islamiste Ennahda qui dirige le gouvernement, a de son côté dénoncé l'existence de "groupes qui ont incité à la violence et au pillage, profitant de la colère" provoquée par un film anti-islam.

Selon lui, "ces groupes se servent des jeunes pour tenter d'imposer par la force un projet de société (...) rejetant les lois et les institutions".

L'opposition et des ONG accusent régulièrement le gouvernement de complaisance envers la violence salafiste.

Quatre personnes ont été tuées vendredi lors des affrontements entre manifestants et forces de sécurité aux abords de l'ambassade américaine à Tunis.

Les manifestants, issus en majorité de la mouvance salafiste, protestaient contre un film islamophobe réalisé aux Etats-Unis. Certains ont réussi à pénétrer dans l'enceinte de l'ambassade, incendiant et saccageant l'école américaine proche.

Bsh/kl/vl

PLUS:afp