NOUVELLES

É-U: la campagne électorale se poursuit en dépit de la crise au Moyen-Orient

15/09/2012 06:23 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

WASHINGTON - Le candidat républicain aux élections présidentielles américaines Mitt Romney tentait samedi de se remettre d'une dure semaine dominée par la politique étrangère alors que le président sortant Barack Obama poursuivait sa campagne pour un deuxième mandat tout en gérant la crise dans le monde musulman.

Pendant que M. Obama accueillait vendredi les dépouilles des quatre Américains tués dans l'attaque contre le consulat des États-Unis à Benghazi, dans l'est de la Libye, ses adversaires politiques n'ont cessé de répéter qu'ils auraient fait un meilleur travail que lui pour prévenir les violentes manifestations anti-américains au Moyen-Orient.

Vendredi, Barack Obama a essayé de faire preuve à la fois de compassion comme président et de fermeté en tant que commandant en chef par rapport à sa résolution de protéger les intérêts des États-Unis à l'étranger. Selon les sondages, la plupart des électeurs le voient comme un leader international crédible et l'actuel mouvement de contestation le force à montrer qu'il est digne de cette confiance.

M. Romney est lui aussi mis à l'épreuve. Son rival bénéficiant depuis peu d'une légère avance dans la course très serrée à la Maison-Blanche, l'ancien gouverneur du Massachusetts doit continuer à faire campagne sans avoir l'air de diviser la nation et d'attaquer inutilement le commandant en chef en cette période difficile.

Il lui faut en outre convaincre son parti qu'il a une stratégie gagnante reposant en partie sur d'excellentes prestations aux débats qui doivent avoir lieu le mois prochain et sur des efforts sentis pour séduire l'électorat féminin et hispanique, deux groupes importants que les deux camps courtisent avec ferveur.

Samedi, le clan Obama a lancé une nouvelle campagne de publicités télévisées afin de persuader les électeurs des huit ou neuf États qui risquent de faire la différence le jour du scrutin que Mitt Romney représente une menace pour la reprise économique du pays avec son plan qui favorise les multimillionnaires plutôt que la classe moyenne.

De son côté, le candidat républicain soutient que la situation aux États-Unis ne s'est pas améliorée durant les quatre années de Barack Obama au pouvoir, le taux de chômage ne semblant pas vouloir descendre en bas des huit pour cent. L'ex-homme d'affaires affirme qu'il est le mieux placé pour relancer l'économie américaine.

M. Obama participera à des rassemblements en Ohio lundi et à une campagne de financement à New York mardi avant de visiter deux villes de la Floride jeudi. Il devrait aussi faire campagne au Wisconsin le week-end prochain. M. Romney sera pour sa part au Colorado dimanche puis en Californie et au Texas lundi. Il passera mercredi et jeudi en Floride.

Les deux candidats seront aussi invités chacun leur tour cette semaine à un forum diffusé par la chaîne télévisée espagnole Univision, durant lequel ils répondront à des questions touchant directement la communauté hispanique.

PLUS:pc