NOUVELLES

Trafic aérien suspendu à Benghazi après des menaces

14/09/2012 05:10 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Les autorités libyennes ont suspendu sans préavis le trafic aérien dans la nuit de jeudi à vendredi à Benghazi après avoir reçu des "menaces", a-t-on appris de sources concordantes.

"Nous avons reçu l'ordre dans la nuit de suspendre immédiatement tous les vols pour des raisons de sécurité", a indiqué à l'AFP une source aéroportuaire sous couvert de l'anonymat, en précisant que la décision avait été annoncée "à O1H30 (23H30 GMT)".

Cette source a expliqué qu'un avion de la compagnie tunisienne Tunisair qui devait décoller dans la soirée était ainsi cloué au sol à l'aéroport de cette ville de l'est libyen où quatre Américains, dont l'ambassadeur ont trouvé la mort dans l'attaque de leur consulat.

"Des menaces sur une éventuelle présence de missiles sol-air portables seraient derrière cette décision. Mais nous n'avons pas encore de confirmation sur la raison exacte", a-t-on ajouté de même source.

Une source militaire a confirmé la suspension des vols à l'aéroport Benina à Benghazi et fait état de "menaces", sans donner plus de détails.

La compagnie libyenne Afriqiyah a annoncé de son côté sur son compte Twitter "l'annulation des vols vers et depuis l'aéroport Benina en raison de la situation de sécurité".

A l'issue du conflit libyen, des pays occidentaux et l'Otan ont fait état de la disparition de milliers de missiles sol-air guidés, portables et tirés à l'épaule.

Par ailleurs, des témoins à Benghazi ont indiqué que des "drones" avaient survolé la ville durant des heures dans la nuit de jeudi à vendredi. Un journaliste de l'AFP a indiqué qu'au moins un avion avait survolé la ville, sans pouvoir confirmer s'il s'agissait d'un drone.

Des médias américains avaient rapporté mercredi que les Etats-Unis se préparaient à utiliser des drones (avions télécommandés) contre des camps islamistes afin d'aider la Libye à retrouver les auteurs de l'attaque contre le consulat américain .

Cette information avait été confirmée par un responsable américain.

str-ila/sw

PLUS:afp