NOUVELLES

Tirs de sommation, lacrymogènes devant l'ambassade des Etats-Unis à Tunis

14/09/2012 10:28 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

La police a procédé à des tirs de sommation et de gaz lacrymogènes sur des centaines de personnes venues manifester vendredi après-midi devant l'ambassade américaine dans la banlieue de Tunis pour dénoncer un film dénigrant l'islam, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les forces de l'ordre sont intervenues après avoir été visées par des jets de pierres et de pavés lancés par des manifestants issus de la mouvance radicale salafiste.

La police a d'abord répliqué avec de grandes quantités de gaz lacrymogènes avant que des rafales de tirs de sommation ne retentissent dans les rues proches de l'ambassade où les manifestants tentaient de se regrouper.

Le type de munitions n'a pu être déterminé par les journalistes présents, alors que la police tunisienne a l'habitude d'utiliser des balles en caoutchouc lors de manifestations dégénérant en violences.

"Ils tirent pour empêcher d'autres groupes de venir", a affirmé à l'AFP l'un des manifestants.

Quelques minutes avant ces affrontements, un millier de manifestants scandaient des slogans anti-américains tels "Obama, Obama, nous sommes tous des Oussama" ben Laden, chef du réseau Al-Qaïda tué par les Etats-Unis l'an passé.

Ils ont aussi insulté les policiers les accusant de "protéger" ceux qui dénigrent l'islam.

La majorité des manifestants semblait issue de groupes salafistes dont ils brandissaient l'étendart noir.

Dès vendredi matin, un important dispositif policier et militaire avait été déployé aux abords de l'ambassade américaine située sur les Berges du Lac nord (10 km au nord de Tunis). Le bâtiment est notamment entouré de barbelés.

Des imams de Tunis avaient appelé à un grand rassemblement devant la représentation américaine pour dénoncer le film "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans"), à l'instar de plusieurs autres pays musulmans.

Des manifestations ont d'ores et déjà dégénéré en violences vendredi au Soudan et au Liban.

Le film a enflammé la rue mardi en Egypte et en Libye, avant que les protestations ne s'étendent à d'autres pays musulmans. Mardi, quatre Américains, dont l'ambassadeur, ont été tués dans une attaque contre la représentation des Etats-Unis à Benghazi (Libye).

Vendredi, un manifestant a été tué et 25 autres ont été blessés dans des heurts dans le nord du Liban entre les forces de sécurité et des islamistes qui avaient auparavant incendié un fast-food américain pour protester contre le film, selon un responsable des services de sécurité.

Jeudi, quatre personnes ont été tuées lors de heurts entre la police et des manifestants protestant près de l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, au Yémen, contre ce même long-métrage.

A Tunis, quelque 300 salafistes avaient manifesté mercredi devant la représentation américaine avant de tenter d'en forcer le périmètre de sécurité et d'être dispersés par la police à l'aide de gaz lacrymogènes.

kl-alf/feb

PLUS:afp