NOUVELLES

Soudan: 10.000 manifestants près de l'ambassade américaine, lacrymogènes (AFP)

14/09/2012 09:56 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

Les forces de l'ordre ont tiré vendredi en milieu d'après-midi des lacrymogènes pour disperser quelque 10.000 manifestants qui s'approchaient de l'ambassade américaine à Khartoum, après avoir attaqué celles de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne, a constaté un correspondant de l'AFP.

Massivement déployés, les agents ont bloqué la rue menant à l'ambassade, tandis que les manifestants scandaient "Dieu est le plus grand" et "On ne touche pas au Prophète", pour dénoncer un film dénigrant l'islam. Des heurts ont éclaté quand ils ont tenté de s'avancer vers l'ambassade, les manifestants lançant des pierres sur les forces de l'ordre.

Auparavant, 5.000 manifestants islamistes avaient mis le feu à l'ambassade d'Allemagne à Khartoum, après avoir arraché le drapeau allemand pour le remplacer par un étendard islamiste, selon le correspondant.

Après qu'ils ont bloqué la route afin d'empêcher l'arrivée des pompiers, ces derniers ont finalement pu atteindre le bâtiment et ont commencé à éteindre le feu.

Les manifestants avaient également attaqué l'ambassade de Grande-Bretagne, à proximité, pour dénoncer un film dénigrant l'islam diffusé sur internet qui a provoqué une vague de protestation dans de nombreux pays.

Un porte-parole des Affaires étrangères britanniques a confirmé cette manifestation à l'AFP.

Le film, "Innocence of Muslims" ("L'innocence des musulmans"), a enflammé la rue mardi en Egypte et en Libye, avant que les protestations ne s'étendent à d'autres pays musulmans. Mardi, quatre Américains, dont l'ambassadeur, ont été tués dans une attaque contre la représentation des Etats-Unis à Benghazi (Libye).

Mercredi, plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées devant l'ambassade des Etats-Unis à Khartoum, mais aucun manifestant n'était entré dans l'enceinte du bâtiment. Rassemblées à l'initiative d'un groupe se présentant sous le nom de "Jeunes Soudanais", elles réclamaient "des excuses immédiates et le retrait immédiat de la vidéo du film sur YouTube".

Vendredi, des dizaines de milliers de personnes ont à nouveau manifesté à travers le monde arabe et l'Asie pour dénoncer ce film, déclenchant de nouvelles violences.

Les réactions parfois violentes déclenchées par le film, dont des extraits sont diffusés sur internet, rappellent la colère qu'avait provoquée la publication de caricatures du prophète Mahomet en 2006 par un journal danois.

Réalisé par un cinéaste qui s'est présenté comme Américano-israélien et qui selon les médias américains serait de religion chrétienne copte, le film de piètre qualité cinématographique dénigre les musulmans, présentés comme immoraux et brutaux, ainsi que le prophète Mahomet.

am/sbh/feb

PLUS:afp