NOUVELLES

Manifestation au Yémen: tirs de sommation près de l'ambassade américaine

14/09/2012 07:22 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

La police yéménite a tiré en l'air pour repousser des manifestants qui s'approchaient vendredi de l'ambassade américaine à Sanaa, au lendemain de la mort de quatre personnes dans la prise d'assaut de la chancellerie, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Les policiers ont également fait usage de canons à eau et de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants qui se sont rassemblés à quelque 500 mètres de l'ambassade à Sanaa, brûlant le drapeau américain et réclamant l'expulsion de l'ambassadeur.

"Pas d'ambassade, pas d'ambassadeur", "Pars, ambassadeur de Satan", "Mort à l'Amérique, mort à Israël", scandaient les manifestants dont le nombre grossissait à vue d'oeil et était évalué à environ 3.000 en début d'après-midi.

La police avait bloqué toutes les routes menant à l'ambassade des Etats-Unis pour empêcher la progression des manifestants.

Le président Barack Obama avait exprimé jeudi son "inquiétude pour la sécurité" des diplomates et de l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi.

M. Hadi "s'est engagé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les Américains au Yémen", selon la Maison Blanche.

Quatre personnes avaient été tuées jeudi lors de heurts entre la police et des manifestants protestant près de l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa contre un film américain dénigrant l'islam.

Plus tôt vendredi, des dizaines de milliers de personnes s'étaient rassemblées pour la grande prière hebdomadaire sur l'avenue Sittin à Sanaa, où ils avaient manifesté pacifiquement contre le film dénigrant l'islam.

Dans son prêche, l'imam a dénoncé l'attaque contre l'ambassade américaine à Sanaa, affirmant que "ceux qui ont commis ces actes ont porté préjudice à l'islam tout comme le film l'a fait", a-t-il dit.

"L'attaque contre l'ambassade américaine est une attaque contre l'islam", a-t-il encore dit.

La manifestation s'était déroulée à l'appel du "Comité d'organisation de la révolution", qui avait animé le soulèvement ayant abouti au départ du président contesté Ali Abdallah Saleh en février.

Dans un communiqué jeudi soir, le Comité avait condamné la prise d'assaut de l'ambassade, accusant "les restes de l'ancien régime" de l'avoir orchestrée.

L'ancien président, qui nourrit toujours des ambitions politiques, est accusé par ses détracteurs d'alimenter l'instabilité dans le pays.

Le film "Innocence of Muslims", dont des extraits sont diffusés sur internet, dénigre les musulmans, présentés comme immoraux et brutaux, ainsi que le prophète Mahomet.

str-lyn/at/sw

PLUS:afp