NOUVELLES

Les troubles dans les mines sud-africaines risquent d'affecter l'emploi (Anglo American)

14/09/2012 03:37 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Les troubles croissants dans les mines d'Afrique du sud risquent d'avoir d'importantes conséquences sur l'emploi dans ce pays, a averti vendredi le numéro un mondial du platine, Anglo American Platinum.

"En tant que pays et en tant qu'industrie, nous devrions trouver des solutions car l'industrie court actuellement un risque, en particulier pour ses opérations dans la région de Rustenburg", a indiqué le directeur financier d'Anglo American Platinum (Amplats), Bongani Nqwababa, à la radio publique SAFM.

"Il faudrait mettre l'accent sur la préservation de l'emploi car le risque de perdre un nombre significatif d'emplois est très élevé", a-t-il ajouté.

La crise sociale qui secoue les mines sud-africaines s'est étendue mercredi avec la suspension des activités d'Amplats dans la région de Rustenburg (nord), gagnée par les manifestations.

La direction d'Amplats a mis à l'arrêt ses cinq sites du bassin minier de Rustenburg, officiellement pour raisons de sécurité et pour protéger les mineurs de "menaces et intimidations" de grévistes.

Comme chez le numéro 3 mondial du platine Lonmin à Marikana, où 45 personnes ont été tuées depuis le 10 août, ou chez Gold Fields, une mine d'or proche de Johannesburg où 15.000 mineurs sont entrés en grève dimanche dernier, les grévistes d'Amplats ont rejeté leurs délégués habituels issus du puissant syndicat des mines, le NUM.

"Il s'agit d'un problème qui touche toute une industrie et il y a un effet de contagion", a ajouté M. Nqwababa.

"La situation est visiblement tendue et malheureuse et l'accent devrait être mis immédiatement sur la sécurité de nos employés, sur la sécurité publique, sur le fait de faire baisser la tension et de s'assurer d'une approche sobre et constructive pour le bien de l'industrie et pour le bien du pays", a encore dit M. Nqwababa.

Le secteur minier sud-africain emploie environ 500.000 personnes, représente directement près de 9% du PIB sud-africain, et 19% si l'on inclut les activités annexes. Il contribue pour la moitié aux exportations du pays.

jg/php/pre/sba

PLUS:afp