NOUVELLES

Les Arabes n'ont pas "troqué la tyrannie d'un dictateur pour celle des foules" (Clinton)

14/09/2012 03:28 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton a déclaré vendredi que les pays du Printemps arabe ne s'étaient pas affranchis de la "tyrannie d'un dictateur" pour se retrouver sous celle "des foules", en allusion aux violences antiaméricaines dans le monde musulman.

"Les peuples d'Egypte, de Libye, du Yémen et de Tunisie n'ont pas troqué la tyrannie d'un dictateur pour la tyrannie des foules", a lancé Mme Clinton, dans un discours solennel depuis la base aérienne d'Andrews dans le Maryland (est).

Mme Clinton participait à une cérémonie pour le retour des dépouilles des quatre Américains, dont l'ambassadeur Chris Stevens, tués mardi dans l'attaque du consulat américain de Benghazi, dans l'est de la Libye.

"Nous ramenons aujourd'hui chez nous quatre Américains qui ont donné leurs vies à notre pays et à ces valeurs", a déclaré la chef de la diplomatie américaine, en présence du président Barack Obama et des proches des personnes disparues.

Après quatre jours de violences dans le monde musulman provoquées par la diffusion d'une vidéo dénigrant l'islam, Mme Clinton a exhorté les "gens sensés et les dirigeants responsables de ces pays à faire tout ce qu'ils peuvent pour rétablir la sécurité et poursuivre ceux qui sont derrière les violences".

Elle a prédit des "jours à venir plus difficiles", mais "il est important que nous ne perdions pas de vue un fait fondamental: l'Amérique doit continuer à montrer la voie au monde. Nous le devons à ces quatre hommes".

nr/are

PLUS:afp