NOUVELLES

Le pape Benoît XVI est arrivé au Liban

14/09/2012 07:10 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

Le pape Benoît XVI est arrivé vendredi au Liban pour une visite de trois jours, où il adressera un message de coexistence entre chrétiens et musulmans dans une région bouleversée par la guerre en Syrie et la montée de l'islamisme.

Le pape est apparu souriant et ému à la descente de son avion qui a atterri à 13H40 locales (10H40 GMT) à l'aéroport international de Beyrouth.

Il a été accueilli par les dirigeants libanais, dont le président de la République Michel Sleimane, seul chef d'Etat arabe chrétien, ainsi que de nombreux dignitaires religieux et diplomates.

"La famille libanaise dans toutes ses composantes vous accueille avec gratitude", a lancé le président du pays multiconfessionnel dans un discours à l'adresse du souverain pontife à l'aéroport.

Une centaine de jeunes habillés en blanc rassemblés sur le tarmac ont crié de joie au moment de l'atterrissage, agitant une pancarte sur laquelle on pouvait lire "le Liban en joie, le pape est arrivé", a constaté une correspondante de l'AFP.

Les cloches des églises du pays entier ont retenti en hommage au chef de l'Eglise catholique, 85 ans, qui a été également salué par 21 salves de canons.

Il a prononcé à l'aéroport le premier de ses sept discours lors de cette première visite dans le petit pays méditerranéen.

A bord de l'avion papal, il a déjà appellé à mettre fin aux livraisons d'armes en Syrie où un conflit armé, opposant le régime à ses opposants, a causé la mort de plus de 27.000 personnes, en majorité des civils.

"L'importation d'armes doit cesser une fois pour toutes. Car sans importation d'armes la guerre ne pourrait continuer", a-t-il déclaré aux journalistes dans l'avion.

Le pape effectue un voyage non sans risque dans ce petit pays adossé à la Syrie.

Cette visite intervient aussi au moment où un film américain ridiculisant le Prophète Mahomet a conduit à des manifestations violentes dans plusieurs capitales de la région et à une attaque à Benghazi (Libye), qui a causé la mort de quatre Américains, dont l'ambassadeur.

jlv-rd-ram/sbh

PLUS:afp