NOUVELLES

Iran: Israël ne peut pas compter sur les États-Unis, selon Nétanyahou

14/09/2012 06:21 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

JÉRUSALEM - Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a laissé entendre dans une entrevue publiée vendredi qu'Israël ne pouvait pas vraiment compter sur les États-Unis pour agir dans le dossier du présumé programme nucléaire iranien, signe que le leader de l'État hébreu n'entend pas modérer son discours sur la question, source de tensions entre lui et Barack Obama.

M. Nétanyahou a répété à plusieurs reprises durant les dernières semaines que l'Iran était sur le point d'avoir en sa possession des armes nucléaires, ce que Téhéran nie. Il a fait pression sur la Maison-Blanche pour qu'elle précise dans quelles circonstances elle serait prête à intervenir militairement contre la République islamique. Le premier ministre et d'autres leaders israéliens ont souvent suggéré que, si les États-Unis n'attaquaient pas, Israël le ferait.

Dans une interview publiée à l'occasion du nouvel an juif dans le quotidien Israël Hayom, Benyamin Nétanyahou a déclaré que les gens qui plaidaient en faveur d'une intervention de dernière minute contre l'Iran n'avaient pas envisagé la possibilité que Washington puisse décider de ne pas lancer d'assaut. Ce journal est financé par le milliardaire américain de confession juive Sheldon Adelson, un fervent partisan de M. Nétanyahou.

L'administration Obama soupçonne aussi le régime iranien de vouloir se doter d'armes nucléaires et affirme vouloir empêcher que cela se produise, mais insiste sur le fait que davantage d'efforts doivent être fournis sur le plan diplomatique pour résoudre le problème avant de recourir à la force militaire.

La Maison-Blanche refuse de spécifier les conditions qui nécessiteraient une attaque contre l'Iran et a rejeté la requête d'Israël lui demandant d'établir les limites qui ne doivent pas être dépassées par Téhéran.

Plus tôt cette semaine, le premier ministre israélien avait réprimandé les États-Unis pour leur prudence, une déclaration perçue comme une critique à l'égard du président Barack Obama. Il avait soutenu que les membres de la communauté internationale qui ne voulaient pas tracer de limites pour l'Iran n'avaient pas le droit de le faire pour Israël.

Certains ont avancé que les commentaires de Benyamin Nétanyahou visaient à aider son ami de longue date et candidat républicain à l'élection présidentielle américaine de novembre, Mitt Romney, à remporter sa bataille contre M. Obama, allégations que le principal intéressé a démenties dans l'entrevue publiée vendredi.

«Je ne suis pas motivé par l'élection aux États-Unis mais bien par les centrifugeuses en Iran», a-t-il indiqué. «Si les Iraniens acceptaient de dire 'stop' et d'arrêter d'enrichir de l'uranium et de préparer une bombe jusqu'à ce que l'élection aux États-Unis soit terminée, je pourrais attendre.»

PLUS:pc