NOUVELLES

Grandes manifestations contre l'austérité au Portugal samedi

14/09/2012 11:47 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

LISBON, Portugal - LISBONNE (Sipa) — Des dizaines de milliers de personnes sont attendues dans les rues de Lisbonne et d'une vingtaine d'autres villes du Portugal samedi pour des manifestations contre l'austérité.

Si les précédentes marches se sont déroulées dans le calme, la police craint cette fois des affrontements étant donné les messages de colère adressés au Premier ministre sur sa page Facebook. Même des membres influents de la coalition au pouvoir comptent défiler.

Les nouvelles mesures de rigueur budgétaire annoncées ces derniers jours pourraient entraîner la radicalisation de la contestation, comme cela s'est produit en Grèce depuis deux ans. Une telle situation mettrait en péril le programme du gouvernement de centre-droit pour la réduction de la dette et alimenterait les doutes sur la capacité de la zone euro à maîtriser la crise.

La colère a commencé à vraiment monter la semaine dernière lorsque le Premier ministre Pedro Passos Coelho a annoncé l'augmentation des cotisations sociales pour les salariés, qui passent de 11% à 18%, ce qui représente l'équivalent d'un manque à gagner d'un mois de salaire net. Le gouvernement a ensuite présenté des augmentations d'impôts, suppressions de primes dans le secteur public et pour les retraités ainsi que des réductions d'effectifs de la fonction publique.

Cette dernière a déjà payé un lourd tribut à l'austérité l'an dernier, avec des réductions de salaire pouvant atteindre 10%. Parallèlement, les impôts ont augmenté pour tout le monde et des coupes ont été réalisées dans des abattements et allocations.

Par-dessus tout cela, la récession semble devoir se poursuivre l'an prochain, contrairement à ce que le gouvernement avait annoncé. D'un coup, il semble que le Portugal bascule de la résignation dans la colère. Travailleurs, entrepreneurs, opposition et proches du gouvernement disent à M. Passos Coelho qu'ils n'en peuvent plus.

Outre les marches de samedi, pour lesquelles les appels ont été amplement relayés par les réseaux sociaux sur Internet, des grèves et autres manifestations sont prévues pour les prochaines semaines.

Le Portugal avait été félicité par ses 16 partenaires de la zone euro pour son respect des conditions associées au prêt de 78 milliards d'euros qui lui avait été consenti l'an dernier par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI). Les objectifs de réforme et d'assainissement des finances doivent être atteints d'ici 2014.

Mais la troisième récession en quatre ans a privé le gouvernement de recettes fiscales et un chômage record de 15,7% de la population active pèse lourdement sur les caisses de l'Etat, obligeant le gouvernement à prendre des mesures d'économie encore plus drastiques.

La Confédération générale des travailleurs portugais et le Syndicat général des travailleurs, les deux principales organisations, qui représentent plus d'un million de salariés, ont prévu une marche dans le mois et envisagent une grève générale.

st/AP-v481

PLUS:pc