NOUVELLES

Film anti-islam: manifestations en Jordanie, le drapeau américain brûlé

14/09/2012 10:11 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

Plus de 2.000 islamistes jordaniens, notamment des salafistes, ont manifesté vendredi à Amman, pour dénoncer un film dénigrant l'islam, tandis que le gouvernement demandait à YouTube de supprimer les extraits du film disponibles sur sa plate-forme de partage de vidéos.

Quelque 400 salafistes se sont rassemblés devant l'ambassade américaine, brandissant des drapeaux noirs sur lesquels était écrite la profession de foi musulmane: "Il n'y a de Dieu que Dieu et Mohammed est son prophète".

"Ecoute Obama, nous sommes tous des Oussama", ont-ils aussi scandé faisant allusion au président américain Barack Obama et au défunt chef d'Al Qaïda Oussama ben Laden.

"Nous sacrifierons notre âme et notre sang pour le prophète", ont-ils également crié en brûlant des drapeaux américains.

Ce film à faible budget et de piètre qualité cinématographique, "Innocence of Muslims" (L'innocence des musulmans), dénigre selon les extraits diffusés les musulmans, présentés comme immoraux et brutaux, ainsi que le prophète Mahomet.

"Rien ne peut excuser ce film. Ils disent que ce sont des amateurs qui l'ont fait. Ce n'est pas vrai. Ce sont des ennemis de Dieu qui ont fait ce film et ce n'est pas la première fois que l'islam est insulté", a affirmé le leader salafiste Abdel Qader Chehadeh, qui se fait appeler Abou Mohammad Tahawi, au cours de la manifestation.

Dans le centre d'Amman, plus de 1.500 Frères musulmans ont manifesté, scandant notamment "Il n'y a de Dieu que Dieu et l'Amérique est son ennemie" et "Nous ne voulons pas d'ambassade américaine sur le sol jordanien", en brûlant également des drapeaux américains.

D'autres manifestations ont également eu lieu ailleurs en Jordanie.

Le ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement Samih Maaytah a de son côté annoncé qu'Amman avait envoyé une lettre demandant à YouTube de retirer les vidéos de sa plate-forme.

"De telles insultes contre l'Islam et le prophète violent toutes les lois internationales ainsi que la loi jordanienne. Nous respectons la liberté d'expression mais rejetons totalement de telles insultes", affirme la lettre, citée par l'agence Petra.

msh-akh/sbh/sw

PLUS:afp