NOUVELLES

Escalade/XIIe Championnats du monde à Paris, avec les JO en point de mire (MAGAZINE)

14/09/2012 08:09 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

Le Palais Omnisports de Paris-Bercy accueille depuis mercredi les XIIe Championnats du monde d'escalade, avec quelque 500 concurrents de 60 pays en lice dans trois disciplines pour un sport qui vise désormais un billet aux jeux Olympiques, pour 2020.

Pour cette discipline encore "jeune", qui connaît un essor spectaculaire en France avec près de 50% de nouveaux licenciés en dix ans, ces Mondiaux 2012 à Paris seront surtout l'occasion de briller, avec en ligne de mire un visa d'entrée pour les JO-2020, face à sept autres sports candidats.

Pour ces Jeux, qui seront organisés à Istanbul, Tokyo ou Madrid, le Comité international olympique (CIO) a en effet couché huit nouveaux sports sur sa "short list". Et l'heureux élu sera connu en septembre 2013, entre le soft-ball, le base-ball, le karaté, le wushu (art martial chinois), le squash, le roller, le wakeboard (ski nautique sur une planche de surf) et l'escalade.

Les compétitions d'escalade comportent trois disciplines: le bloc, la difficulté et la vitesse.

La première est l'ascension extrêmement technique d'un rocher artificiel de 4 à 5 mètres de haut avec des surplombs à plus de 40°, qui requiert du grimpeur à la fois une puissance musculaire mais aussi une énergie et une tonicité à toute épreuve pour réussir des contorsions verticales et brutales défiant toutes les lois de la pesanteur. S'il tombe (ce qui se produit souvent), il se reçoit sur d'épais matelas placés au pied de la paroi.

L'épreuve de "difficulté", considérée comme l'épreuve reine, se dispute sur un mur de 15 mètres (structure artificielle d'escalade - SAE) avec de longs passages en surplomb tendus vers le vide.

Le grimpeur dispose d'abord de six minutes d'observation, devant le mur qu'il découvre. Il lit et mémorise son parcours, repère les prises, la voie qu'il empruntera pour aller au sommet. Puis il est placé à l'isolement, où il escalade mentalement et à plusieurs reprises la paroi verticale. Enfin, encordé, il attaque le mur, dont il doit venir à bout en moins de 8 minutes.

Cette discipline avait été portée à la connaissance du grand public dans les années 80 et en milieu naturel par le pionnier de l'escalade, Patrick Edlinger, et son film "La vie au bout des doigts", où on le voyait se balancer au-dessus du vide, accroché à la falaise par un seul doigt.

Reste la troisième discipline, la vitesse. Le mur de 15 m est là totalement vertical. Et les grimpeurs s'affrontent en parallèle. C'est le sprint vertical, dont l'actuel champion du monde est un Chinois, Qixin Zhong, qui a avalé la paroi en juillet 2011 en 6 sec 26.

Pour la première fois cette année à Bercy, valides et invalides se retrouvent au pied des mêmes murs d'escalade, le Championnat du monde handisport étant partie prenante de la compétition globale.

Les finales hommes, femmes et handisport dans les 3 disciplines auront lieu samedi et dimanche au POB où sont attendus quelque 16.000 spectateurs.

PF/ol/chc

PLUS:afp