NOUVELLES

Des milliers de manifestants dans tout l'Irak contre le film anti-islam

14/09/2012 09:38 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

Des milliers de personnes ont de nouveau protesté vendredi contre un film dénigrant l'islam en Irak, où pour la première fois des manifestations ont eu lieu dans des régions à majorité sunnite.

La manifestation organisée à Bassora (sud) a rassemblé le plus de monde. Les protestataires, arborant des drapeaux irakiens, ont scandé: "Il n'y a pas de liberté lorsqu'on offense un milliard de musulmans". Des drapeaux américains et israéliens ont été brûlés, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Des manifestations avaient déjà eu lieu dans tout le pays jeudi, mais elles étaient restées circonscrites aux zones chiites.

A Bagdad, une manifestation s'est déroulée vendredi dans le quartier à majorité sunnite d'Azamiya, dans le nord de la capitale, et une autre sur la place Tahrir, en centre-ville.

Des manifestations ont également eu lieu à Ramadi et Fallouja, dans la province occidentale d'al-Anbar où vit une majorité de sunnites.

Dans la ville sainte chiite de Najaf, le religieux Sadreddine al-Qoubanji a appelé les Etats-Unis à présenter leurs excuses aux musulmans et à déférer toute l'équipe du film devant un tribunal islamique spécial.

A Kerbala (110 km au sud de Bagdad), Abdul Mehdi al-Karbalaï, représentant dans la ville de la figure emblématique du chiisme Ali al-Sistani, a lancé lors de son prêche du vendredi: "ces offenses répétées pourraient mettre en péril la paix et la stabilité, notamment au sein de populations où co-existent plusieurs religions". Il a également condamné les violences engendrées par le film à l'origine de la polémique.

"Innocence of Muslims" (L'innocence des musulmans), dans lequel les musulmans et le prophète Mahomet sont présentés comme immoraux et brutaux, a enflammé la rue en Egypte et en Libye, avant que les protestations ne s'étendent à d'autres pays musulmans. Le 11 septembre, quatre Américains, dont l'ambassadeur, ont été tuées dans une attaque contre la représentation américaine à Benghazi, en Libye.

strs-sf/gde/vl

PLUS:afp