NOUVELLES

Débat avec Obama sur l'Iran: Netanyahu persiste et signe

14/09/2012 04:42 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a justifié ses remontrances publiques à l'administration Obama sur l'Iran, se défendant de vouloir peser sur l'élection présidentielle américaine, dans des déclarations publiées vendredi.

Le chef de l'opposition israélienne Shaul Mofaz a accusé mercredi M. Netanyahu de nuire aux relations avec les Etats-Unis par son "ingérence" dans les élections américaines et plusieurs importants ministres se sont démarqués des réprimandes publiques de leur chef envers Washington.

"C'est absurde", réplique M. Netanyahu dans le quotidien Israël Hayom, réputé proche de lui, au sujet des accusations de l'opposition.

"La question qui me guide, ce ne sont pas les élections aux Etats-Unis, mais les centrifugeuses en Iran", assure-t-il.

"J'entends ceux qui disent que nous devrions attendre jusqu'à la dernière minute. Mais que se passera-t-il si les Etats-Unis n'agissent pas? C'est une question qui doit être posée", plaide-t-il.

"Cela n'a rien à voir avec les élections américaines", insiste le Premier ministre, dans une interview au Jerusalem Post.

"Si les centrifugeuses (iraniennes, NDLR) s'arrêtent miraculeusement, si elles cessent de produire de l'uranium enrichi pour fabriquer des bombes atomiques, je suppose que je n'aurai pas à m'exprimer publiquement", ajoute-t-il.

Ces déclarations sont extraites d'interviews à paraître dimanche, à l'occasion du Nouvel An juif.

Israël et les Etats-Unis ont publiquement croisé le fer ces derniers jours, Washington, privilégiant la diplomatie et les sanctions contre Téhéran, rejetant les demandes répétées de M. Netanyahu de fixer des "lignes rouges" au programme nucléaire iranien, sous peine d'action militaire.

Les grandes puissances et Israël, considéré comme l'unique détenteur de l'arme nucléaire dans la région, soupçonnent l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran nie catégoriquement.

scw-sst/sw

PLUS:afp