NOUVELLES

Coupe Davis - 1/2 finale: Ferrer et Almagro mettent l'Espagne sur orbite

14/09/2012 02:19 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

L'Espagne a bien commencé sa demi-finale de Coupe Davis face aux Etats-Unis, malgré l'absence de Nadal, blessé, en remportant les deux premiers simples grâce à Ferrer et Almagro, vendredi sur la terre battue de Gijon (nord).

Si la paire espagnole Marcel Granollers-Marc Lopez remportait le double de samedi contre les frères Mike et Bob Bryan, les Ibères auraient alors déjà en poche leur billet pour leur neuvième finale de Coupe Davis de leur histoire, la quatrième en cinq ans.

Pour Almagro, cela aura été beaucoup plus douloureux que pour son compatriote Ferrer.

Face au géant John Isner, le 12e joueur mondial a dû batailler pendant cinq sets (6-4, 4-6, 6-4, 3-6, 7-5) pour l'emporter.

Pourtant, l'Espagnol avait pu profiter du mauvais début de match de son adversaire qui, en mal de repères, devait dire adieu à la première manche 6-4.

Isner ne commençait véritablement son match qu'à partir du deuxième set, nettement plus serré.

Dans un troisième set très disputé, Almagro parvenait à se relancer en breakant son rival pour mener 2-1 et en conservant cet avantage jusqu'à la fin de la manche.

Mais il manquait singulièrement de réalisme sur les points décisifs: après six balles de break manquées dans le 4e set, il offrait à Isner la possibilité de recoller à 2 manches partout (6-3).

Dans la manche décisive, on remettait ça. Mis sous pression par Almagro à 5-4, le géant américain parvenait à sauver trois balles de match grâce à son redoutable service. Mais l'Espagnol finissait par s'imposer à l'usure 7-5.

Auparavant, Ferrer, N.5 mondial avait montré la voie en dominant Sam Querrey dans un match disputé, mais finalement bien maîtrisé par l'Espagnol 4-6, 6-2, 6-2, 6-4.

"Ce fut un match dur, compliqué à tout moment. Querrey a été très bon et j'ai dû être fort mentalement", a expliqué Ferrer qui rentre tout juste de l'US Open où il s'est incliné en demi-finale face à Novak Djokovic.

Samedi, Granollers et Lopez, bien que moins forts sur le papier que les frères Bryan, N.1 mondiaux en double, tenteront de mettre un point final au travail de leurs coéquipiers.

cle/jr

PLUS:afp