Conflit étudiant: près de 50 000$ contre les pirates informatiques au MELS

Publication: Mis à jour:

À la suite des attaques informatiques perpétrées contre le site Internet du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) lors de la crise étudiante au printemps dernier, celui-ci vient de débourser près de 50 000$ pour mieux protéger son système, confirme le ministère.

«Le site du ministère a été la cible de quelques attaques informatiques au printemps dernier pendant la crise étudiante dont une - de mémoire - le 12 avril dernier», explique Esther Chouinard, porte-parole auprès des médias pour le MELS.

Afin de prévenir et réduire les risques d’attaques informatiques, le MELS vient de donner un contrat de gré à gré à Solutions Victrix, une entreprise située à Montréal. Le but : rehausser les mesures de prévention et d'intervention contre les attaques informatiques malveillantes, peut-on lire sur le site électronique d’appels d’offres.

Le coût : 49 000$. Une facture liée directement aux moyens de pressions issues du conflit étudiant, indique la porte-parole. «Le site du MELS doit être mieux protégé contre toutes les attaques afin d’être fonctionnel», ajoute-t-elle.

Rappelons que le site Internet du Parti libéral du Québec, de l’aide financière et plusieurs autres liés à la grève étudiante avaient été pris pour cible le 12 avril dernier. Le piratage n’avait pas été revendiqué.

Dans la même journée, certains internautes avaient également fait circuler un lien avec comme nom « ripostons à la répression politique du gouvernement Charest.» L’objectif : encombrer les différents sites du gouvernement.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

MaNUfestation du Grand Prix
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Les "pirates" Anonymous se vengent du FBI en publiant... des numéros de cartes ...

Des pirates informatiques publient plus d'un million d'identifiants Apple

Des pirates diffusent les données de centaines de clients de Sony Mobile

Anonymous se venge du FBI en publiant des numéros de cartes bancaires

Le site de Reuters piraté pour la deuxième fois

Hadopi : Les pirates seront bien condamnés