NOUVELLES

Au moins deux morts dans l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis

14/09/2012 01:53 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

Au moins deux manifestants ont été tués par balles et 40 personnes blessées vendredi dans des affrontements à Tunis aux abords de l'ambassade américaine après qu'une manifestation contre un film insultant l'islam eut dégénéré en violences.

Vers 18H30 GMT (19H30 locale), le calme régnait dans la banlieue tunisoise des Berges du Lac où se trouve l'ambassade. Après plusieurs heures d'affrontements, la police a pu en déloger les manifestants, des islamistes de la mouvance salafiste pour la plupart.

Un porte-parole du ministère de la Santé a indiqué à l'AFP que deux manifestants avaient été tués par des balles, et que deux autres étaient dans un état critique.

Il a aussi fait état de "quarante blessés dont vingt policiers".

Le porte-parole n'exclut pas un bilan plus lourd au regard de la "violence inouïe" des affrontements dans l'enceinte et aux abords de l'ambassade qui était injoignable vendredi soir.

Selon une source des services de sécurité citée par la télévision d'Etat Watanya 1, l'ensemble du personnel présent --85 personnes dont l'ambassadeur-- a pu être évacué.

Le gouvernement dominé par les islamistes du parti Ennahda a lui appelé dans la soirée "tous les citoyens au respect de la loi et au calme dans l'expression pacifique de leurs positions face aux atteintes aux symboles sacrés et aux offenses contre le prophète".

Il a aussi dénoncé l'attaque contre l'ambassade américaine : "Ces agressions contre la souveraineté des établissements et des institutions diplomatiques sont illégitimes et exposent leurs auteurs à des poursuites judiciaires".

Selon des médias publics, le président Moncef Marzouki devait prononcer une allocution télévisée vendredi soir à une heure indéterminée.

Au moins un millier d'islamistes ont pris d'assaut l'ambassade, pénétrant dans son enceinte, brisant ses vitres.

Les manifestants, très agressifs, ont passé l'un des murs d'enceinte du bâtiment, près du parking où plusieurs véhicules étaient en feu. Un deuxième incendie provoqué par des cocktails molotov s'est déclaré dans une autre partie du vaste terrain qu'occupe l'ambassade américaine.

Le ciel était noirci sur des centaines de mètres, témoignant de l'importance du feu.

Au moins un drapeau noir et un autre blanc, couleurs de la mouvance salafiste, ont par ailleurs flotté sur des mâts de la représentation diplomatique américaine.

Les manifestants ont aussi incendié des bâtiments de l'école américaine située à proximité.

La police, renforcée par l'armée et la garde nationale, arrivées à bord de blindés notamment, ont mis près de trois heures à repousser la foule armée de pierres et de cocktails molotov, malgré d'incessants tirs de gaz lacrymogènes et de munitions indéterminées.

D'importants renforts policiers avaient été déployés dès vendredi matin autour de l'ambassade après que des imams eurent appelé, comme dans d'autres pays du monde musulman, à manifester pour dénoncer le film dénigrant l'islam.

Quelques minutes avant les affrontements, un millier de manifestants scandaient des slogans anti-américains tels "Obama, nous sommes tous des Oussama" ben Laden, chef du réseau Al-Qaïda tué par les Etats-Unis l'an passé.

Ils ont aussi insulté les policiers les accusant de "protéger" ceux qui dénigrent l'islam.

La majorité des manifestants semblait issue de groupes salafistes dont ils brandissaient l'étendard noir.

Mercredi déjà, quelque 300 salafistes avaient manifesté devant la représentation américaine avant de tenter d'en forcer le périmètre de sécurité et d'être dispersés par la police à l'aide de gaz lacrymogènes.

kl-pho-Bsh-alf/feb

PLUS:afp