Huffpost Canada Quebec qc

Les ambassades américaines attaquées partout dans le monde musulman (DIRECT)

Publication: Mis à jour:
LIBYE
Le drapeau américain en berne à la Maison Blanche à Washington le 12 septembre 2012 | REUTERS

LIBYE - Un simple film a déclenché le chaos dans les pays arabes. Intitulé Innocence of Muslims (L'Innocence des musulmans), l'œuvre est à l'origine d'un violent attentat contre un consulat américain en Libye -qui a fait 4 morts-, et de plusieurs manifestations au Moyen-Orient.

LIRE AUSSI : Coïncidence ou complot d'Al Qaida ?

Le blogue en direct de nos collègues du HuffPost France:

Les autorités pakistanaises ont décrété mercredi un jour férié national vendredi en l'honneur du prophète Mahomet, en réponse à la polémique sur la diffusion d'un film américain dénigrant l'islam, a indiqué un haut responsable à l'AFP.

"Vendredi sera un jour férié dans l'ensemble du pays pour déclarer notre amour au prophète", a déclaré à l'AFP ce haut responsable, précisant que cette décision avait été prise après une réunion du cabinet.

Partager:
Partager:
Partager:

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton a annoncé que son pays prenait "des mesures fortes" pour protéger toutes ses missions diplomatiques et consulaires dans le monde, après une semaine de violences antiaméricaines dans des pays arabes et musulmans.

Hillary Clinton, qui s'exprimait après des entretiens avec son homologue mexicaine Patricia Espinosa, a également déclaré que "les dispositifs de sécurité de tous les postes" américains dans le monde étaient en cours de révision.

Partager:

Le nouveau numéro de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo va faire parler de lui. L'exemplaire du mercredi 19 septembre fait sa une sur les violences liées au film anti-islam (Innocence of muslims) et publie de nouvelles caricatures du prophète Mahomet. Après l'affaire des caricatures en 2006, son numéro "Charia Hebdo" en 2011 et l'incendie de ses locaux, l'hebdomadaire récidive. Plus d'informations sur Le Huff Post.

Partager:

Le président d'une organisation chrétienne conservatrice qui a aidé à produire le film islamophobe "L'innocence des musulmans" a assuré avoir été trompé par le réalisateur et pensait apporter son soutien à un projet très différent.

"Media for Christ", basé à Duarte, dans la banlieue de Los Angeles, a été identifiée comme la société de production derrière le film polémique "L'innocence des musulmans".

Mais le président de cette association, Joseph Nassralla, a affirmé que le producteur du film, Nakoula Basseley Nakoula, l'avait trompé en lui racontant qu'il "faisait un film sur la persécution des chrétiens".

"Nakoula avait besoin d'un endroit pour ses prises de vue, donc je l'ai laissé utiliser nos installations durant une dizaine de jours, c'est tout ce que j'ai fait", a indiqué Nassralla dans un communiqué relayé par une blogueuse conservatrice, Pamela Geller.

Nakoula, 55 ans, un Egyptien copte déjà connu de la justice pour diverses fraudes bancaires, se cache depuis qu'un extrait de son film a suscité dans le monde arabo-musulman une vague de violences qui a fait 31 morts.

Plusieurs acteurs ont également affirmé avoir été dupés et ont assuré qu'ils ignoraient participer à un projet islamophobe.

Partager:

L'Arabie saoudite a menacé de bloquer l'accès à YouTube dans le royaume si Google ne supprimait pas tous les liens conduisant au film islamophobe qui a provoqué une vague de manifestations dans le monde musulman, a rapporté l'agence SPA.

"La Commission des technologies de l'information et de la communaication d'Arabie saoudite a (...) demandé à Google de bloquer tous les liens YouTube conduisant au film", indique SPA. "Si cette demande n'est pas acceptée, la commission bloquera l'ensemble de YouTube".

Partager:

Une vidéo amateur circulant sur Internet et diffusée par BFMTV montre des hommes tentant d’extraire Christopher Stevens de l’ambassade enfumée, le soir de sa mort.


Des Libyens ont tenté de sauver l’ambassadeur... par BFMTV

Partager:

Selon RTL, un nouveau message d'appel à manifester à Paris contre le film anti-islam circule depuis lundi sur les portables et les réseaux sociaux des membres de la communauté musulmane de région parisienne.

Le nouveau message serait un copier-coller de l'appel au rassemblement lancé le week-end dernier, qui avait abouti à une manifestation devant l'ambassade américaine à Paris. 152 personnes avaient été interpellées. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour identifier les organisateurs.

Le nouveau rendez-vous serait fixé samedi à 14 heures au Trocadéro, à Paris. Aucune demande d'autorisation n'a été déposée selon Le Parisien.

Partager:

Douze personnes, dont neuf étrangers, ont perdu la vie mardi à Kaboul dans un attentat suicide à la voiture piégée revendiqué par des insurgés affirmant vouloir ainsi venger la diffusion du film dénigrant le prophète Mahomet qui agite le monde musulman.

L'attaque à la voiture piégée a été perpétrée tôt dans la matinée sur une large avenue menant à l'aéroport de la capitale afghane, par une femme kamikaze, selon le groupe rebelle Hezb-e-Islami, qui affirme en être l'auteur.

Partager:
Partager:

Un imam salafiste égyptien a lancé une fatwa appelant à tuer tous les protagonistes du film amateur américain dénigrant l'islam et qui a embrasé le monde arabo-musulman, a annoncé lundi le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE. D'après un communiqué de SITE, Ahmad Fouad Ashoush a émis, via des forums internet de jihadistes, une fatwa --un avis religieux-- contre l'équipe de production, de réalisation et les acteurs de "L'innocence des musulmans".

"Les +bâtards+ qui ont fait ce film sont des combattants infidèles", écrit le dignitaire salafiste dans sa fatwa, selon la traduction de l'arabe à l'anglais qu'en a faite SITE. "J'émets une fatwa et appelle les jeunes musulmans en Amérique et en Europe à la respecter, ce qui signifie tuer le réalisateur, le producteur, les acteurs et tous ceux qui ont contribué au film et en ont fait la promotion", selon le texte.

"Alors, dépêche-toi, dépêche-toi ô jeunesse musulmane d'Amérique et d'Europe et donne à ces crasseux une leçon que tous les singes et les cochons en Amérique et en Europe comprendront. Qu'Allah vous guide et vous offre le succès", a lancé l'imam dans sa fatwa traduite par SITE.

Partager:

La famille de Nakoula Basseley Nakoula, le producteur du film islamophobe "L'innocence des musulmans", a été emmenée lundi par la police vers un lieu inconnu pour rejoindre ce dernier, disparu depuis samedi, et se cacher, ont annoncé les forces de l'ordre.

"Ils ont estimé qu'il serait plus sûr pour eux d'aller là où ils sont partis pour mener une vie normale", a déclaré sur la chaîne ABC News Steve Whitmore, porte-parole des services du shériff. "Tout ce que nous avons fait, c'est de les emmener là où est M. Nakoula. Ils m'ont dit que pour le moment et dans le futur immédiat, au cours des prochaines semaines et des prochains mois, ils ne retourneraient plus à cette adresse" de Cerritos, dans la banlieue sud de Los Angeles, où ils vivaient jusqu'à présent, a poursuivi Steve Whitmore.

Depuis une visite rendue samedi à son agent de probation, Nakoula Basseley Nakoula, 55 ans, condamné en 2009 pour fraude bancaire, n'a plus été vu. Avant l'aube lundi, des policiers ont escorté quatre membres de sa famille hors de leur maison, le visage caché. De nombreux journalistes avaient pris place devant leur maison depuis qu'a été révélé l'implication de l'homme dans la production de "L'innocence des musulmans", qui suscite depuis plusieurs jours des manifestations violentes dans le monde musulman.

Un autre de ses producteurs est l'organisation Media for Christ (Médias pour le Christ), regroupant des chrétiens évangéliques antimusulmans américains de droite, comme le pasteur de Floride Terry Jones, connu pour avoir brûlé publiquement des exemplaires du Coran.

Partager:

Le département d'Etat américain s'est refusé lundi à qualifier "d'acte terroriste" l'attaque du 11 septembre menée contre son consulat à Benghazi et au cours de laquelle son ambassadeur en Libye et trois autres Américains avaient perdu la vie.

"Je ne vais pas mettre d'étiquettes là-dessus avant que nous ne disposions d'une enquête complète", a répondu la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland, qui était interrogée sur la définition qu'elle donnerait de l'attaque armée de mardi à Benghazi.

Partager:

Les présidents sénégalais et mauritaniens ont appelé ensemble, lundi, à bannir "la violence comme réponse" à la diffusion du film anti-islam "L'innocence des musulmans", en déplorant que leurs auteurs "cherchent à provoquer une confrontation des cultures et des civilisations".

Macky Sall et Mohamed Ould Abdel Aziz ont signé un communiqué commun, à l'issue de la première visite officielle à Nouakchott du président sénégalais. Ils y expriment "leur inquiétude vis-à-vis de la montée de l'islamophobie", condamnant "fermement la production et la diffusion du film", "diffamation inacceptable de l'islam et de ses symboles".

Mais ils invitent en même temps "à la modération et au bannissement de la violence comme réponse à ce genre d'agissements dont les auteurs cherchent a provoquer une confrontation des cultures et des civilisations".

Partager:

Le Pakistan a bloqué lundi l'accès au site Youtube sur lequel est diffusé le film anti-islam réalisé aux Etats-Unis.

Toute tentative d'accès à Youtube se heurte à un message indiquant que le site a été bloqué pour cause de "contenu indécent" sur ordre de la direction pakistanaise des Télécommunications.

La décision d'interdire Youtube a été prise par le Premier ministre Raja Pervez Ashraf après le refus de Youtube de répondre positivement à "l'avis" donné par le gouvernement pakistanais de retirer le film jugé blasphématoire du site.

Des manifestants ont incendié un commissariat, un club de journalistes, la maison d'un magistrat et trois voitures. La police a utilisé des gaz lacrymogènes et tiré des coups de semonce pour tenter de disperser la foule, mais un manifestant a ouvert le feu sur les forces de l'ordre qui ont répliqué, selon ce responsable.

Les autorités hospitalières ont aussi confirmé le décès lundi d'un manifestant blessé par balle la veille lors de manifestations près du consulat américain à Karachi (sud), la capitale économique pakistanaise.

La police a renforcé la sécurité à proximité du consulat américain de cette ville, théâtre de nouveaux heurts lundi entre policiers et manifestants.

Partager:

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées lundi après-midi dans la banlieue sud de Beyrouth à l'appel du Hezbollah. Dimanche, le chef de cette formation islamiste chiite, Hassan Nasrallah, avait appelé ses partisans à "montrer au monde entier leur colère" cette semaine contre la diffusion de "Innocence of Muslims" (L'innocence des musulmans).

Lundi, le ministre libanais de l'Intérieur s'est voulu rassurant en affirmant que "les manifestations (au Liban) seront limitées dans le temps et l'espace". Vendredi, un manifestant a été tué et 25 autres ont été blessés dans des heurts à Tripoli, la grande ville du nord du Liban, entre les forces de sécurité et des islamistes sunnites qui avaient incendié un fast-food américain pour protester contre le film.

Hassan Nasrallah a décrit ce film comme la "pire attaque contre l'islam, pire encore que les +Versets sataniques+ (un roman de Salman Rushdie publié en 1988 qui lui a valu une fatwa le condamnant à mort), que le fait de brûler des exemplaires du Coran en Afghanistan ou que les caricatures du prophète Mahomet" publiées par un journal au Danemark en 2005.

Partager:

Une centaine de ressortissants américains ont été évacués de Tunis après l'attaque vendredi de l'ambassade des Etats-Unis par des manifestants. "Les ressortissants américains ont été évacués dimanche", a indiqué à l'AFP une source diplomatique sans vouloir préciser leur nombre.

Une centaine d'Américains: des fonctionnaires et des résidents ont quitté Tunis à bord d'une avion de Tunisair, a-t-on appris en outre de source sécuritaire. Quatre personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées dans les affrontements avec la police, vendredi, lors de l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis.

Partager:

Des centaines de palestiniens ont manifesté lundi à Ramallah. "Ne touchez pas à notre prophète", ont scandé les manifestants lors d'un sit-in organisé à l'appel de l'Autorité des Waqfs (biens religieux). S'exprimant devant la foule, le ministre palestiniens des Affaires religieuses, Mahmoud al Habbache, a appelé les Etats-Unis à présenter leurs excuses.

Des milliers de Palestiniens avaient déjà manifesté vendredi dans la bande de Gaza et des centaines d'autres à Jérusalem-Est, où des heurts ont éclaté avec la police israélienne.

Partager:

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a demandé lundi que si des étrangers en situation irrégulière ont participé à la manifestation anti-américaine samedi à Paris, ils soient aussitôt expulsés.

"Je demande maintenant que François Hollande affiche la plus grande fermeté dans les actes. Par exemple, il me paraît indispensable que, dans la manifestation, s'il a été établi qu'étaient présents des manifestants étrangers en situation irrégulière, ils fassent l'objet d'une expulsion immédiate", a-t-il déclaré au Talk Orange-Le Figaro. "Il faut que toute la lumière soit faite sur les raisons qui ont pu conduire à ce qu'une manifestation non déclarée, à quelques encablures de l'Elysée, puisse se tenir avec des comportements, des propos, des actes qui sont inacceptables et qui doivent donner lieu évidemment à enquête et sanctions pour les manifestants, le cas échéant", a réaffirmé Jean-François Copé.

"Les forces de l'ordre ont été très courageuses et ont fait leur travail du mieux qu'elles ont pu mais on voit bien que le problème est bien plus grave que cette manifestation. Il faut donc afficher désormais la même fermeté que celle qui était affichée, avec des actes concrets, par Nicolas Sarkozy et notre majorité", a-t-il ajouté.

Regardez son intervention:

Partager:

Des centaines d'étudiants ont appelé à expulser l'ambassadeur des Etats-Unis et boycotter les produits américains, lors d'une manifestation lundi à l'Université de Sanaa. La manifestation s'est terminée sans violence contrairement à celle de jeudi au cours de laquelle quatre personnes ont trouvé la mort en tentant de prendre d'assaut l'ambassade des Etats-Unis dans la capitale yéménite. Lundi, le ministère de l'Intérieur a annoncé cinq nouvelles arrestations consécutives aux violences de jeudi, ce qui porte à 13 le nombre de personnes interpellées depuis l'attaque contre la chancellerie américaine.

"Dégage, esclave du diable", ont crié les manifestants à l'intention de l'ambassadeur américain. "Couards Américains, le prophète ne peut pas être insulté", ont scandé d'autres. "Exprimez votre colère en boycottant les produits américains", pouvait-on lire sur l'une des nombreuses bannières dénonçant le film.

Dans un communiqué, les manifestants ont aussi rejeté la présence de Marines envoyés pour protéger l'ambassade américaine, dont l'arrivée a été reconnue tard dimanche par un haut responsable cité par l'agence officielle Saba. Ce responsable a affirmé que cette présence était "limitée et temporaire" en réaction à une déclaration du Parlement rejetant "toute présence militaire étrangère" dans le pays. Une manifestation contre la présence de Marines au Yémen a été annulée dimanche à Sanaa faute de participants, alors que le consulat des Etats-Unis a été fermé après les violentes manifestations de jeudi et vendredi.

Partager:
Partager:

Des heurts se sont produits pour la première fois lundi à Jakarta entre la police et des manifestants devant l'ambassade américaine, lors d'un nouveau rassemblement contre le film hostile à l'islam. Les manifestants ont lancé des cocktails Molotov et hurlé des slogans anti-américains, alors que la police répondait avec des canons à eau et des tirs de sommation pour disperser quelque 700 personnes.

Des rassemblements avaient déjà eu lieu vendredi et samedi contre le film à petit budget "Innocence of Muslims" (L'innocence des musulmans) tourné aux Etats-Unis et qui a suscité une vague de violence anti-américaine dans le monde arabo-musulman. Mais jusqu'à présent, les manifestations en Indonésie, pays musulman le plus peuplé du monde, avaient été pacifiques. Plusieurs centaines de policiers anti-émeutes montaient la garde lundi devant l'ambassade américaine, avec deux véhicules blindés, des canons à eau et un camion de pompiers. La police éloignait de force certains manifestants. Un policier a été blessé.

Dimanche, le gouvernement a annoncé que le site de partage de vidéo YouTube avait commencé à bloquer l'accès en Indonésie au film islamophobe. Mais le film était toujours accessible lundi.

Partager:

Le Figaro a reconstitué le récit de l'attaque de l'ambassade de LIbye, qui selon lui, "contredit la version généralement présentée l'offensive". Selon le quotidien, "l'offensive s'est en fait déroulée en deux temps".

"En début de soirée, une centaine d'hommes lourdement armés ont d'abord pris d'assaut la représentation américaine, provoquant la fuite de la quasi-totalité du personnel ainsi que la mort par asphyxie de l'ambassadeur, resté seul à l'intérieur", raconte Thierry Portes, l'envoyé spécial du Figaro. Un autre épisode, moins connu, s'ajoute au premier : "dans une maison distante d'un kilomètre environ" où le personnel s'est réfugié. Une équipe des forces spéciales américaines tout juste arrivée de Tripoli pour leur porter secours se retrouve alors prise pour cible, raconte le quotidien, qui conclut que ce scénario "atteste la détermination et l'acharnement dont ont fait preuve les assaillants".

» LIRE l'article du Figaro

Partager:

L'ex Premier ministre Alain Juppé (UMP), interrogé sur la manifestation anti-américaine à Paris, a jugé qu'il fallait "reprendre la situation en mains", sans vouloir polémiquer avec le gouvernement. "Notre solidarité" avec les Américains "doit être entière, de même que notre détermination à lutter contre ces manifestations qui sont inacceptables", a dit le maire de Bordeaux sur i>TELE.

Inacceptable a été le qualificatif employé par Manuel Valls pour le regroupement de manifestants, dont, selon le ministre de l'Intérieur, des islamistes radicaux, samedi près de l'ambassade américaine à Paris

Le gouvernement a-t-il été défaillant ? "Je ne veux pas en faire un sujet de polémique", a répondu l'ancien ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy. "En tout cas, aujourd'hui, il faut reprendre la situation en mains". Une "enquête approfondie" doit déterminer les responsabilités et "permettre que cela ne se renouvelle pas" et que l"'on ne puisse pas voir des manifestants s'approcher de l'Elysée et de l'ambassade américaine", a insisté M. Juppé.

Partager:

Un manifestant a perdu la vie et deux autres ont été blessés lundi lors d'un échange de tirs avec des policiers à l'occasion de protestations contre le film anti-islam dans le nord-ouest du Pakistan, ont indiqué des sources policières.

Les heurts se sont produits dans le district d'Upper Dir de la province de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), ont indiqué à l'AFP deux responsables locaux de la police. Environ 800 manifestants ont aussi mis le feu à un commissariat de police, ont indiqué ces responsables.

Partager:

La présidente du Front national Marine Le Pen a affirmé lundi sur RTL que "demain, ça n'est pas 250 personnes qui manifesteront" dans Paris, mais "peut-être 100.000", à propos de la manifestation non autorisée contre le film islamophobe samedi près de l'ambassade américaine à Paris.

"Quand je vois ce type de manifestation, je m'inquiète des investissements qu'effectue le Qatar avec la bénédiction de notre gouvernement dans les banlieues françaises, où évidemment le but n'est pas un but humanitaire mais un but politique", a déclaré Marine Le Pen.

"Quand ils investissent dans les banlieues françaises, je me dis que évidemment ceci aura un jour des conséquences, et demain ça n'est pas 250 personnes qui manifesteront, ce seront peut-être 100.000", a-t-elle poursuivi.

Partager:

Plus de mille Afghans ont protesté lundi de manière violente contre la diffusion d'un film hostile à l'islam, incendiant des voitures de police dans une artère de Kaboul où sont notamment installées des bases de l'Otan et des Etats-Unis, ont indiqué les autorités.

Il s'agit de la première manifestation violente dans la capitale afghane contre la diffusion du "Innocence of Muslims" (l'innocence des musulmans), un long-métrage de très faible qualité, ayant provoqué des violences en Libye, au Yémen, au Soudan.

Partager:

Le roi du Maroc Mohammed VI s'est entretenu avec la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et a condamné à la fois "l'odieuse attaque" contre le consulat américain en Libye et les "provocations inadmissibles" du film anti-islam produit aux Etats-Unis.

Lors de cet entretien téléphonique, le souverain a exprimé ses "sincères condoléances" pour la mort des quatre Américains, dont l'ambassadeur Chris Stevens, dans l'attaque mardi du consulat de Benghazi en Libye, qualifiée "d'odieuse" par Mohammed VI, selon un communiqué du palais royal.

Durant cette même conversation, il a par ailleurs dénoncé "les provocations douteuses et inadmissibles portant atteinte aux valeurs sacrées de la religion musulmane", d'après ce même texte, cité par l'agence de presse MAP.

Le gouvernement islamiste du Maroc avait, dès mercredi soir, qualifié d'"agression ignoble" l'attaque sanglante contre le consulat américain en Libye, tout en condamnant "fermement" le film dénigrant l'islam qui a déclenché des protestations violentes dans le monde arabe et au-delà.

Partager:

Le Premier ministre a déclaré dimanche que "le gouvernement a l'intention de faire preuve de fermeté" après les manifestations de salafistes devant l'ambassade des Etats-Unis à Paris, se déclarant "très choqué" par les attaques de François Fillon à ce sujet.

"La manifestation était interdite et les policiers ont fait leur travail", a rétorqué Jean-Marc Ayrault à son prédécesseur à Matignon, qui avait demandé "des explications sur le fait que le préfet de police de Paris ait toléré la manifestation".

"Je suis très choqué par les déclarations de François Fillon et je m'étonne de leur légèreté", a dit Jean-Marc Ayrault.

"Le gouvernement a l'intention de faire preuve de fermeté. Les musulmans de France respectent la République et il n'est pas question d'importer ce conflit du fait d'éléments minoritaires", a-t-il insisté. "Nous avons à nous rassembler autour des valeurs de la République".

"La campagne interne à l'UMP ne doit pas conduire à ce type de dérapage: c'est une faute politique grave", a-t-il conclu à propos des déclarations de François Fillon, candidat à la présidence de l'UMP.

» Lire notre article complet ici

Partager: