NOUVELLES

Washington oeuvre à verser son aide de 200 millions USD aux Palestiniens

13/09/2012 06:25 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Le département d'Etat américain a assuré jeudi qu'il travaillait avec le Congrès pour que Washington verse une aide promise de 200 millions de dollars à l'Autorité palestinienne qui traverse une grave crise budgétaire.

"Nous sommes persuadés que cet argent doit aller" aux Palestiniens et "nous y travaillons avec le Congrès", a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine Victoria Nuland, qui était interrogée sur le déblocage attendu depuis des mois de cette assistance financière aux Palestiniens.

En avril dernier, le président Barack Obama avait affirmé que cette aide aux Palestiniens était "importante pour les intérêts de sécurité nationale" des Etats-Unis, passant outre aux objections du Congrès qui avait adopté un budget la prohibant.

Suivant une procédure juridique complexe, M. Obama avait adressé un mémorandum à sa secrétaire d'Etat Hillary Clinton dans lequel il faisait faisait jouer une clause de la loi de financement du département d'Etat. Cette législation interdit en principe toute aide à l'Autorité palestinienne, sauf si un tel financement est jugé "important pour les intérêts de sécurité nationale des Etats-Unis".

A l'époque, la Maison Blanche avait expliqué que le transfert de cet argent devait encore faire l'objet d'une notification au Congrès. Le transfert effectué "concrétisera une partie importante de nos promesses au titre de l'année budgétaire 2012", avait dit la Maison Blanche.

La porte-parole du département d'Etat a relevé qu'"il y avait eu quelques blocages sur cet argent au Congrès".

L'Autorité palestinienne, confrontée à des difficultés budgétaires chroniques, traverse selon plusieurs ministres "sa pire crise financière" depuis sa création en 1994, en raison du maintien des restrictions israéliennes et du non-versement de l'aide promise par les donateurs, en particulier les Etats-Unis et les pays arabes, soit environ un milliard de dollars.

L'Autorité palestinienne est en outre confrontée depuis une semaine à une grogne sociale en Cisjordanie, motivée par la hausse des prix, en particulier de l'essence.

nr/jca

PLUS:afp