NOUVELLES

Tunisie: le chef d'un groupe de presse percute un journaliste en voiture (témoin)

13/09/2012 10:56 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Le directeur d'un groupe de presse, Lotfi Touati, en conflit depuis sa nomination par le gouvernement avec ses rédactions, a percuté et blessé en voiture un journaliste qui voulait lui parler, a indiqué jeudi un collègue de la victime et témoin des faits.

"Khalil Hannechi a demandé à parler avec Lotfi Touati qui était dans sa voiture. Il a refusé catégoriquement, a fait un +démarrage américain+ et a roulé avec (le journaliste) sur son capot sur deux cent mètres", a raconté à l'AFP l'un des témoins, Rafik Abdallah.

"Il a ensuite freiné brusquement, (M. Hannechi) est tombé et a été touché à la tête", a-t-il poursuivi, ajoutant que le journaliste du quotidien arabophone Assabah avait été hospitalisé.

La responsable syndicale au sein du groupe de presse "Dar Assabah", Sana Farhat a ensuite précisé à l'AFP attendre les résultats des examens devant déterminer la gravité des blessures de son collègue. Selon elle, "il perd conscience régulièrement".

M. Touati n'était pas joignable jeudi après-midi.

Le groupe de presse "Dar Assabah" publie les quotidiens Assabah (en arabe) et Le Temps (en français). Ces rédactions luttent depuis août contre l'arrivée de M. Touati, qui a été nommé par le gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahda.

Les deux journaux avaient d'ailleurs observé une grève mardi après l'échec de pourparlers avec les autorités.

Les islamistes au pouvoir en Tunisie sont accusés par les rédactions de plusieurs médias publics de chercher à contrôler leur ligne éditorial par le biais des nominations de nouveaux directeurs, dont certains ont servi le régime déchu de Ben Ali.

Ennahda assure vouloir assainir un secteur miné par la corruption caractéristique du système de l'ex-président.

Le groupe de presse "Dar Assabah" était contrôlé jusqu'à la révolution par Sakher El Materi, gendre du président déchu Zine El Abidine Ben Ali.

kl-alf/hj

PLUS:afp