Huffpost Canada Quebec qc

Un officier de l'armée plaide coupable de négligence pour la mort d'un soldat

Publication: Mis à jour:
CANADIAN SOLDIERS
CP

GATINEAU, Qc - Un officier de l'armée canadienne a plaidé coupable, jeudi, à une accusation de négligence dans l'exécution de ses tâches, en lien avec un incident survenu en 2010 en Afghanistan lors d'un exercice où un réserviste avait été tué et quatre autres avaient été blessés.

Quatre autres accusations ont été abandonnées par le procureur militaire.

Le major Christopher Lunney a dû interrompre ses excuses à plusieurs reprises pour refouler ses larmes, jeudi, lors de sa déclaration en cour martiale à Gatineau.

Le caporal Josh Baker était mort sur un terrain d'entraînement au nord-est de Kandahar, et quatre autres réservistes avaient été blessés lors de l'incident, en février 2010, après avoir fait sauter un engin explosif chargé de plusieurs centaines de billes d'acier.

La cour martiale a appris que les réservistes impliqués dans l'incident «avaient été estimés prêts à être déployés» en Afghanistan, mais qu'ils n'avaient pas reçu de formation pour l'explosif C19, également connu sous le nom de «Claymore», qui a tué le caporal Baker.

La cour a également entendu que, sans que le major Lunney en soit averti, le capitaine qui menait le peloton d'entraînement cette journée-là — qui a depuis été promu au rang de major — n'avait pas non plus d'expérience ou les qualifications nécessaires pour l'explosif C19, et n'en avait en fait jamais utilisé avant l'explosion mortelle.

La négligence du major Lunney concerne donc son échec à s'assurer que le capitaine Darryl Watts ait été suffisamment qualifié, un aspect tenu pour acquis par le major en raison du rang de M. Watts à l'époque.

Le major Lunney a expliqué qu'il connaissait bien le sentiment de perte des familles des militaires, et que ses mots de repentir ne pourraient mettre un baume sur leur douleur.

Une proposition conjointe de la défense et de la poursuite a recommandé une réprimande sévère et une rétrogradation au rang de capitaine pour le major Lunney, en considérant ce que le procureur militaire a décrit comme l'honneur et l'intégrité démontrés par ce dernier à la suite de l'incident.

Le procureur a également souligné la réaction rapide du major après l'incident, notamment en matière de coordination des efforts de secours, avant de sécuriser l'endroit pour les enquêteurs militaires et de renoncer à son droit à un avocat.

Deux autres soldats doivent toujours comparaître en cour martiale pour y répondre d'accusations d'homicide en lien avec la mort du caporal Baker.