NOUVELLES

Manifestations contre le film anti-islam dans plusieurs villes irakiennes

13/09/2012 09:59 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Des milliers de personnes ont manifesté à l'appel du leader chiite Moqtada Sadr jeudi dans plusieurs villes d'Irak contre le film anti-islam à l'origine des violences qui ont entraîné la mort de l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye.

Dans le bastion chiite de Sadr City, au nord-est de Bagdad, plusieurs milliers de personnes, dont des élus du parlement irakien, ont défilé pendant environ une heure, selon un photographe de l'AFP sur place.

Sur une banderole était écrit: "A mort l'Amérique, ennemi des nations".

Dans un communiqué, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a condamné les actes blasphématoires en général et le film au coeur de la polémique en particulier. Il a également appelé juifs, chrétiens et musulmans à "harceler les racistes et à ne pas se faire l'écho de leurs pensées dangereuses, tout en s'abstenant de recourir à la violence".

Le film en question "Innocence of Muslims" ("L'innocence des musulmans") est signé par un certain Sam Bacile -un pseudonyme-, qui décrit l'islam comme un "cancer".

Lors d'une manifestation pacifique mardi soir contre le film devant le consulat des Etats-Unis à Benghazi (est de la Libye), des hommes armés ont mené une attaque contre le bâtiment dans laquelle quatre Américains, dont l'ambassadeur Chris Stevens, ont péri.

Des manifestations ont eu lieu dans d'autres villes d'Irak.

A Najaf, l'un des hauts lieux du chiisme, les manifestants, encadrés par les forces de sécurité, scandaient des slogans hostiles aux Etats-Unis et à Israël, selon un correspondant de l'AFP.

Dans un communiqué, le très influent Moqtada Sadr a demandé au gouvernement de convoquer l'ambassadeur des Etats-Unis en Irak pour qu'il s'explique sur l'origine de la polémique.

M. Sadr veut aussi que Bagdad interdise l'accès au territoire irakien à tout citoyen américain. Il appelle le Parlement à voter une loi qui interdirait à l'Irak d'entretenir des relations avec les pays dans lesquels "le prophète et l'islam sont insultés" et demande "aux chrétiens du monde entier de rejeter des actes comme ce film".

A Nassiriya, à 300 km au sud de Bagdad, un drapeau américain a été brûlé, tandis que les manifestants lançaient: "Nous nous sacrifions pour toi, ô messager de Dieu", a rapporté un autre correspondant de l'AFP.

Des manifestations parfois violentes ont eu lieu dans toute la région jeudi, notamment à Sanaa, où un protestataire a été tué, et au Caire.

strs-sf/gde/hj

PLUS:afp