NOUVELLES

Lieberman appelle à cesser le débat public israélo-américain sur l'Iran

13/09/2012 11:03 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a appelé jeudi à un arrêt des échanges acrimonieux entre Israël et l'administration américaine sur le programme nucléaire iranien, assurant que les relations bilatérales restaient solides.

"Tous les débats, le dialogue sur les sanctions, etc. devraient se tenir à l'écart des médias, il n'y a pas besoin d'explications ou de discussions publiques", a déclaré M. Lieberman au cours d'une réunion au ministère.

"J'ai vu toutes les interprétations des relations américano-israéliennes, elles sont toutes fondamentalement erronées", a-t-il dit, reconnaissant "des divergences" mais affirmant: "Les bases de notre relation sont solides".

"Les Etats-Unis ont toujours été les premiers à se tenir derrière nous dans toutes les enceintes internationales", a ajouté le ministre israélien. "Ces relations seront toujours le fondement de nos relations étrangères, nous savons garder notre meilleur ami", a-t-il poursuivi.

Israël et les Etats-Unis se sont publiquement accrochés ces derniers jours sur l'Iran, témoignant de frictions persistantes sur le dossier nucléaire entre le gouvernement de Benjamin Netanyahu et l'administration de Barack Obama.

Washington, privilégiant à ce stade la diplomatie et les sanctions contre Téhéran, a opposé lundi une fin de non-recevoir aux demandes répétées de M. Netanyahu de fixer des "lignes rouges" au programme nucléaire iranien, sous peine d'action militaire.

MM. Obama et Netanyahu se sont néanmoins efforcés d'afficher leur unité, à l'issue d'une conversation téléphonique, peu après l'annonce mardi qu'ils ne se rencontreraient pas ce mois-ci à l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU, officiellement pour des raisons d'agenda.

Les grandes puissances et Israël, considéré comme l'unique détenteur de l'arme nucléaire dans la région, soupçonnent l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran nie catégoriquement.

jjm-sst/agr/feb

PLUS:afp