NOUVELLES

Le secteur minier, poumon économique de l'Afrique du Sud

13/09/2012 11:59 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Le secteur minier sud-africain, actuellement perturbé par d'importants mouvements sociaux, représente directement près de 9% du PIB sud-africain, et 19% si l'on inclut les activités annexes. Il contribue pour la moitié aux exportations du pays.

Son chiffre d'affaires s'élevait en 2010, selon la Chambre des mines, à 302 milliards de rands (28 milliards d'euros au cours actuel), dont 74 milliards pour le groupe platine --dont le cours a chuté depuis--, 73 milliards pour le charbon, 53 milliards pour l'or et 43 milliards pour le fer. Les diamants, comptés à part, ont en outre rapporté 1,8 milliard de dollars.

La Chambre des mines estime que les activités en aval ont un chiffre d'affaires de quelque 200 milliards de rands (18 milliards d'euros) supplémentaires.

Les mines emploient directement un demi-million de personnes --dont plus de 180.000 pour le platine et 160.000 pour l'or--, et les activités annexes au moins autant.

L'Afrique du Sud contient, toujours selon dans la Chambre des mines, 88% des réserves directement exploitables de platine dans le monde, 80% de celles de manganèse, 72% de celles de chrome, et 13% de celles d'or.

L'Afrique du Sud a produit en 2011 4,9 millions d'onces de platine, sur un marché mondial de 6,5 millions (75%).

La "ceinture de platine" sud-africaine s'articule autour de la ville de Rustenburg, immédiatement au nord-ouest de Pretoria. Des mines y sont notamment exploitées par Anglo American Platinum (Amplats), Impala Platinum (Implats), Lonmin, Aquarius Platinum et Royal Bafokeng Platinum.

Les cinq mines du complexe d'Amplats --numéro un mondial-- à Rustenburg, dont la production a été suspendue mercredi ont une production annuelle d'environ 500.000 onces, le cinquième de ce qu'a extrait le groupe l'an dernier, selon un responsable.

La mine voisine de Marikana, paralysée depuis le 10 août par une grève sauvage accompagnée de violences ayant fait 45 morts, contribue pour 92% de la production du groupe Lonmin qui l'exploite, soit plus de 650.000 onces.

Les six mines paralysées ont donc représenté près du quart de la production sud-africaine, soit environ 18% de la production mondiale de platine l'an dernier.

Quant à l'or, le complexe KDC de Gold Fields, dont l'unité KDC West est paralysée par une grève depuis dimanche soir, a produit 34 tonnes d'or en 2011, sur une production sud-africaine de 187 tonnes.

L'Afrique du Sud n'est plus que le quatrième producteur d'or dans le monde, avec seulement 7,3% du total.

liu/cpb/gib

PLUS:afp