NOUVELLES

Le pétrole monte nettement à New York après les annonces de la Fed

13/09/2012 03:26 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse jeudi à New York, soutenus par les nouvelles annonces de la banque centrale américaine (Fed) visant à soutenir l'économie et par les inquiétudes sur des violences contre des ambassades américaines au Moyen-Orient.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre a gagné 1,30 dollar à 98,31 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), atteignant un plus haut depuis le 4 mai quand il avait clôturé à 98,49 dollars.

Les mesures proposées par la Réserve fédérale américaine ont fait grimper les prix car "cette nouvelle opération d'assouplissement monétaire va probablement conduire à un dollar plus faible", a souligné James Williams, de WTRG Economics.

Or un affaiblissement du billet vert rend plus attractifs les achats de brut libellés en dollar pour les investisseurs munis d'autres devises.

La Fed a en effet indiqué qu'elle allait racheter à partir de vendredi de nouveaux titres adossés à des créances immobilières émis par les organismes de refinancement hypothécaires parapublics (Fannie Mae, Freddie Mac) à raison de 40 milliards de dollars par mois, et ce tant que "la perspective du marché du travail ne (s'améliorera) pas nettement".

L'institution promet également de maintenir son taux directeur, quasi nul depuis plus de trois ans et demi, à un niveau "exceptionnellement bas" jusque mi-2015 au moins si nécessaire.

Les cours du brut étaient aussi soutenus par les attaques contre plusieurs ambassades américaines au Moyen-Orient, qui "nourrissent les inquiétudes des courtiers" au sujet de cette région productrice de pétrole, a noté M. Williams.

Des centaines de personnes ont manifesté mercredi dans plusieurs pays arabes contre un film jugé insultant envers l'islam, qui avait provoqué la veille une attaque contre le consulat des Etats-Unis en Libye dans laquelle l'ambassadeur et trois autres Américains ont péri.

Les protestations ont pris une tournure violente jeudi avec la mort à Sanaa, au Yémen, de quatre manifestants dans une attaque contre l'ambassade des Etats-Unis et la poursuite des heurts entre manifestants et forces de l'ordre devant celle du Caire.

Ces violences "justifient une prime de risque sur les prix du brut", ont souligné les analystes de Commerzbank.

L'attaque en Libye en particulier "conduit à se demander s'il y a en Libye un gouvernement réel, capable d'assurer la sécurité", a remarqué M. Williams.

jum/sl/are

PLUS:afp