NOUVELLES

Le Liban en état d'alerte pour la visite du pape

13/09/2012 03:48 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

Toutes les forces de sécurité sont mobilisées pour la visite de trois jours du pape Benoît XVI au Liban, qui intervient à un moment délicat avec la guerre dans la Syrie voisine entre forces gouvernementales et rebelles.

"Les services de sécurité et les services municipaux sont en état d'alerte pour la visite papale, qui sera une des plus réussies dans l'histoire moderne du Liban" a assuré à l'AFP le ministre de l'Intérieur Marwan Charbel.

"C'est certain que le climat est dur en raison de ce qui se passe en Syrie et autour de nous, mais nous contrôlons la situation. Le Liban est stable", a-t-il dit.

Cette visite du 14 au 16 septembre a lieu alors que la guerre en Syrie a causé, selon une ONG syrienne, la mort de plus de 27.000 personnes depuis le début du mouvement de contestation en mars 2011.

Des obus tirés à partir de la Syrie et des échanges de tirs à la frontière sont devenus monnaie courante faisant craindre une extension du conflit vers le Liban.

Sans parler des combats meurtriers ces derniers mois à Tripoli (nord) entre sunnites, en grande majorité opposés au président syrien Bachar al-Assad, et alaouites, pro-Assad car ils appartiennent à la même communauté.

Le père jésuite Paolo Dall'Oglio, expulsé en juin de Syrie, qui accuse le gouvernement libanais, dominé par le mouvement chiite Hezbollah, d'être "pour l'essentiel favorable" au président Assad, conseille au pape "de demander l'aide d'un service secret qui puisse garantir sa sécurité car les services libanais ne sont pas suffisants".

Mais selon M. Charbel, "chaque appareil sécuritaire sait ce qu'il a à faire" pour assurer la sécurité de la première visite papale depuis celle effectuée par Jean-Paul II en 1997.

Les autorités libanaises ont mis "la touche finale" au plan de sécurité élaboré ces trois dernières semaines, a-t-il souligné, sans vouloir donner plus de détails.

"Des agents des services de sécurité italiens sont arrivés d'Italie pour coordonner avec nous et prendre connaissance des mesures prises", a-t-il dit en précisant que "les forces de sécurité libanaises opéreraient en coordination avec les services de sécurité du Pape".

Après son arrivée vendredi, Benoît XVI se rendra à la basilique de Saint-Paul de Harissa, à 20 km au nord de Beyrouth, pour signer "l'exortation apostolique" à l'intention de toutes les Eglises d'Orient rattachées à Rome.

Samedi, il s'entretiendra avec le président de la République, Michel Sleimane, puis le Premier ministre Najib Mikati. Il rencontrera les chefs des communautés musulmanes de ce pays multiconfessionnel.

Dimanche, le pape célèbrera une grande messe solennelle sur le front de mer de Beyrouth avant de quitter le pays.

Selon le ministre, les routes empruntées par le pape seront fermées et l'armée libanaise a interdit le trafic aérien aux environs de la résidence papale à Harissa, du 7 au 17 septembre.

L'armée a aussi "gelé tous les permis de ports d'armes dans le pays à l'exception de ceux des gardes du corps" des responsables politiques et religieux.

Le patriarche maronite Mgr Béchara Raï avait indiqué dans un entretien à l'AFP que les Libanais coopéraient avec d'autres services dans le monde pour assurer une sécurité maximale.

"Nous avons confiance dans la sécurité libanaise et la Garde républicaine qui se charge de la protection de Sa Sainteté", a affirmé le père Abdo Abou Kasm, coordinateur de la visite papale.

Il a assuré que "toutes les éventualités avaient été examinées (...) pour que cette visite soit couronnée de succès".

Pour lui, les craintes entourant cette visite sont injustifiées. Musulmans comme chrétiens, "toutes les communautés saluent la visite du Pape", estime-t-il.

Le chef adjoint du Hezbollah, cheikh Naïm Qassem s'est félicité de cette visite et a indiqué que son mouvement participerait aux différentes réunions et réceptions organisées à cette occasion.

Il a appelé tous les Libanais à recevoir le Pape afin de montrer l'unité religieuse de ce pays "loin de toute politique".

mah/am/sk/vl

PLUS:afp