NOUVELLES

L'éclosion de légionellose fait une nouvelle victime dans la ville de Québec

13/09/2012 02:27 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

QUÉBEC - La Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale (DRSP) a confirmé jeudi un 13e décès survenu à Québec en lien avec l'éclosion de légionellose. Les symptômes de la maladie seraient apparus chez cette personne avant le 29 août, date à laquelle la DRSP a annoncé la fin de l'éclosion.

Le bilan de la maladie s'établit donc maintenant à 177 cas recensés et 13 décès.

Selon la DRSP, la situation est toujours sous contrôle. L'organisme rappelle d'ailleurs qu'aucun nouveau cas d'infection n'a été signalé depuis le 29 août. Cette situation, stipule-t-on par voie de communiqué, tend à confirmer que la source de contamination a été contrôlée depuis l'opération de nettoyage des tours de climatisation dans le périmètre ciblé.

Par ailleurs, la DRSP ne prévoit pas publier les résultats de son enquête épidémiologique avant la mi-octobre, en raison des nombreuses manipulations requises en laboratoire et de l'analyse des résultats. La confirmation de la source ou des sources de contamination devra donc attendre encore un mois.

Deux députés du Nouveau Parti démocratique de la région de Québec ont par ailleurs réclamé que le gouvernement fédéral prenne immédiatement des mesures pour éviter que les systèmes de climatisation des immeubles fédéraux de la Capitale-Nationale ne soient eux aussi contaminés par la maladie.

«Nous demandons à ce que la ministre des Travaux publics (Rona Ambrose) s'assure que l'on resserre les normes d'entretien des édifices et, compte tenu du contexte des compressions budgétaires», que l'on s'assure que ces entretiens soient exemptés des effets des coupes budgétaires, a déclaré le porte-parole néo-démocrate adjoint en matière de travaux publics, Denis Blanchette.

Celui-ci a dit vouloir attendre les conclusions de la coroner chargée du dossier, bien que «rien n'empêche les gestionnaires d'améliorer tout de suite les normes d'entretien».

«Nous pouvons faire mieux, et c'est ce que je demande à la ministre», a-t-il dit.

«Nous désirons que les meilleures normes actuelles soient respectées au fédéral, pour que la population se sente en sécurité le plus vite possible», a ajouté M. Blanchette.

L'attaché de presse de la ministre Ambrose, Michael Bolkenius, a pour sa part indiqué, dans un courriel à La Presse Canadienne, que le ministère des Travaux publics «a immédiatement pris des mesures pour nettoyer» les tours de climatisation de ses bâtiments «dès que ces bactéries ont été découvertes».

«Les édifices fédéraux sont testés régulièrement pour s'assurer que les bâtiments sont sains et sécuritaires», a-t-il ajouté.

La députée néo-démocrate Annick Papillon déplore de son côté que le gouvernement conservateur n'ait toujours pas publié la liste des bâtiments fédéraux dans la région de Québec, ainsi que la date de la dernière inspection des tours de refroidissement.

PLUS:pc