NOUVELLES

Bachand exhorte le PQ à suivre le chemin tracé par son gouvernement

13/09/2012 05:04 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

Un texte de Lili Boisvert

Quelques heures avant de quitter ses fonctions, le ministre des Finances Raymond Bachand exhorte le Parti québécois à « garder le cap sur l'équilibre budgétaire », soutenant pour sa part qu'il laisse les finances en bon état, avec un déficit sous la barre des 3 milliards.

En conférence de presse jeudi, le ministre sortant s'est alarmé du programme du Parti québécois et a assuré que le PLQ, une fois passé à l'opposition, sera là pour bloquer les politiques financières « désastreuses » du gouvernement péquiste.

Le Parti québécois a notamment promis d'abolir la hausse des frais de scolarité tant défendue par le Parti libéral au printemps, et d'abolir la contribution santé de 200 $ par personne, en compensant les pertes de revenus associées à cette taxe en augmentant les impôts des plus riches.

Le PQ entend également hausser les redevances minières, une mesure qui éliminera, selon Raymond Bachand, plusieurs des emplois attendus par la mise en chantier du Plan Nord.

Le ministre des Finances sortant affirme qu'au jour de son départ, l'économie du Québec est « en bonne position » et que les finances publiques sont « sous contrôle ».

Un déficit de 800 millions de moins, un dépassement de 800 millions

S'étant présenté tout au long de la campagne électorale comme le parti de l'économie, le PLQ pourrait-il goûter à sa propre médecine si le Parti québécois demande au vérificateur général de se pencher sur les finances publiques à son arrivée au pouvoir pour en démontrer le désordre - ce qu'avait fait le PLQ en 2003? M. Bachand ne se montre pas inquiété par cette perspective. Il expose que les dernières informations publiées en juillet par le ministère des Finances pour la fin de l'année financière confirment que le déficit public se situera en dessous des 3,3 milliards de dollars.

En calculant l'économie d'une provision de 300 millions de dollars, le PLQ expose que le déficit est de 800 millions de dollars moins important que ce qui avait été prévu à l'origine.

Par ailleurs, le ministre a convenu qu'un dépassement des dépenses était à prévoir pour l'année en cours.

« Toujours, en cours d'année, il y a des ministères qui ont des dépassements », dit-il, parlant d'un chiffre « autour de 800 millions ».

Le ministre sortant a aussi défendu jeudi les dépenses consacrées aux infrastructures sous les libéraux, point sur lequel le nouveau gouvernement devrait les attaquer en affirmant que ces dépenses ont fait gonfler la dette publique. « Le Québec est dans une période de rattrapage important » en matière de réfection et de construction d'infrastructures, plaide M. Bachand. Le « rythme d'immobilisation » maintenu par le Parti libéral lorsqu'il était au pouvoir est soutenable et souhaitable, ajoute-t-il.

Direction du PLQ : Bachand poursuit sa réflexion

« Ma décision n'est pas prise », a répondu M. Bachand lorsqu'il a été interrogé jeudi sur son intention de se lancer dans la course à la direction de son parti, tout en rappelant son « intérêt ».

Plus tôt jeudi, Radio-Canada a appris que l'ex-ministre libéral de la Santé Philippe Couillard avait l'intention de se lancer dans la course. La ministre sortante du Travail, Lise Thériault, a pour sa part confirmé qu'elle s'en abstiendrait.

Outre Raymond Bachand, Yves Bolduc, Pierre Moreau, ainsi que le député Pierre Paradis et l'ex-ministre Benoît Pelletier pourraient tenter de succéder à Jean Charest à la tête du PLQ.

Pour me joindre :

Lili.boisvert@radio-canada.ca

PLUS: