NOUVELLES

Sahel/Aqmi: "Menace permanente" d'attentats en Europe, selon Fabius

12/09/2012 08:36 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a évoqué mercredi "une menace permanente" d'actes terroristes contre l'Europe et la France, émanant de groupes armés comme Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui s'est renforcé au Sahel.

"Il peut y avoir, (...) si on ne réagissait pas, ce type de risques. Donc nous sommes obligés de le prévenir", a dit le ministre, lors d'une émission organisée par les médias LCP/Le Monde/AFP/France Info.

"Nous sommes très vigilants d'abord parce qu'il y a une menace permanente, et en plus parce qu'Al-Qaïda au Maghreb islamique s'est renforcé malheureusement dans la région du Sahel (...) et notamment au Mali", a déclaré M. Fabius.

"Le nord du Mali est occupé pour une grande part par des terroristes, Aqmi et ses relais qui portent d'autres noms, c'est quelque chose de très dangereux", a estimé le ministre des Affaires étrangères, précisant que "l'idéologie intégriste" de ces groupes les conduits "à détruire, ou en tout cas à porter des coups, à l'Europe, à la France".

Le ministre a également évoqué le sort des otages français retenus dans cette partie du Sahel dont il faut "s'occuper", a-t-il dit sans plus de détails.

Quatre hommes, Daniel Larribe, Pierre Legrand, Marc Féret et Thierry Dole, employés du groupe nucléaire public français Areva et son sous-traitant Satom, ont été enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit (nord du Niger) et sont depuis bientôt deux ans aux mains d'Aqmi.

Le 24 novembre 2011, deux autres Français, qui se présentaient comme des géologues, ont été enlevés entre Mopti et Gao dans le nord du Mali. Aqmi a également revendiqué leur enlèvement.

"Il faut nous occuper aussi d'aider le Mali et les pays voisins à se protéger", a souligné M. Fabius, précisant que ce serait l'objet de la conférence internationale sur le Sahel, présidée par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, prévue le 26 septembre à New York en marge des travaux de l'Assemblée générale de l'ONU.

cr/dp/jlb

PLUS:afp