NOUVELLES

L'ex président malgache Ravalomanana empêché de quitter Johannesburg (avocat)

12/09/2012 03:25 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

La justice sud-africaine a demandé à l'ex-président malgache Marc Ravalomanana de ne pas quitter Johannesburg, où il est en exil, et de rendre son passeport aux autorités, a affirmé son avocat mercredi à l'AFP.

"C'est une tentative désespérée, malhonnête et malveillante pour empêcher Marc Ravalomanana de retourner à Madagascar pour s'inscrire comme candidat aux prochaines élections", prévues en mai, a dénoncé l'avocat Brian Currin, qui assure qu'il va essayer de faire annuler la décision de justice notifiée vendredi dernier.

La décision a été prise dans le cadre de l'enquête lancée par la justice sud-africaine qui instruit depuis plusieurs mois une plainte contre l'ancien président pour crimes contre l'humanité, déposée par un groupe malgache, l'Association des martyrs de la place Antaninarenina (une place d'Antananarivo).

Le président déchu a déjà plusieurs fois dénoncé cette plainte comme une opération politique, "une tentative délibérée (...) d'induire en erreur les Sud-Africains en leur faisant croire que je suis coupable d'un crime alors que c'est tout simplement faux".

A Madagascar, il a été condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité après la mort de plusieurs dizaines de manifestants abattus par sa garde présidentielle lors des émeutes qui ont entraîné sa chute en 2009.

M. Ravalomanana a déjà tenté de revenir à Madagascar, sans succès.

Ses deux rencontres récentes aux Seychelles avec l'homme qui l'a renversé en 2009, Andry Rajoelina, actuel président non élu de la transition malgache, n'ont pas donné de résultats.

Selon la feuille de route approuvée en août au sommet de la SADC (Communauté d'Afrique australe), M. Ravalomanana devrait être autorisé à rentrer à Madagascar pour participer à l'élection présidentielle prévue au mois de mai 2013.

jj-cpb/jlb

PLUS:afp