NOUVELLES

Le ministre britannique de la Défense écarte une intervention en Syrie

12/09/2012 01:17 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

Le ministre britannique de la Défense, Philip Hammond, a de nouveau écarté mercredi une intervention militaire occidentale en Syrie en l'absence d'un accord de la Russie et de la Chine.

"Tant que deux grandes puissances restent activement opposées à toute intervention en Syrie, les nations occidentales ne peuvent pas l'envisager", a déclaré le ministre dans une conférence de presse à Doha où il est en visite.

M. Hammond faisait référence à la Russie et à la Chine qui restent opposées à une action militaire contre le régime du président Bachar al-Assad en dépit d'un conflit qui a fait plus de 27.000 morts depuis mars de l'année dernière.

Le conflit en Syrie "doit être résolu par le départ d'Assad", a estimé le ministre britannique, qualifiant le régime syrien de "barbare".

"La clé pour augmenter la pression sur le régime d'Assad est de convaincre les Russes qu'il est dans leur intérêt à long terme de soutenir une transition ordonnée et aussi paisible que possible", en Syrie, a-t-il dit.

Pékin et Moscou, des alliés du régime Assad, se sont attirés de vives critiques pour l'utilisation de leur droit de veto en tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies pour bloquer des résolutions contre Damas.

Pendant ce temps, la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis ont accentué les sanctions sur le régime syrien et ne cessent d'appeler à la nécessité d'enagager un processus de transition politique.

Mais la Russie insiste sur un règlement négocié qui impliquerait tous les acteurs du conflit, alors que son armée continue d'alimenter le régime de Damas avec des armes en vertu de contrats signés avant le début du conflit.

fb/lyn/mh/tp

PLUS:afp