NOUVELLES

La police disperse les manifestants devant l'ambassade américaine à Tunis

12/09/2012 12:57 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

La police tunisienne a procédé mercredi à des tirs de gaz lacrymogène pour disperser plusieurs centaines de salafistes manifestant devant l'ambassade des Etats-Unis à Tunis pour dénoncer un film jugé offensant envers l'islam, a constaté un photographe de l'AFP.

Les quelque 300 manifestants s'étaient rassemblés dans le calme en début de journée avant de tenter d'atteindre le portail de ce bâtiment très sécurisé, ce qui a poussé les forces de police à intervenir.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Tarrouche, a précisé à l'AFP que la police était intervenue lorsque les manifestants ont voulu franchir le périmètre de sécurité installé autour du mur d'enceinte de la représentation diplomatique américaine.

Par ailleurs, la manifestation visant à dénoncer le film "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans") n'avait pas été autorisée, selon la même source.

Les forces de l'ordre étaient présentes en nombre dès le début de ce rassemblement à l'appel de groupes islamistes radicaux qui ont mené ces derniers mois plusieurs actions violentes à travers la Tunisie.

Les manifestants, hommes et femmes portant les étendards noir et blanc des salafistes, s'étaient réunis d'abord sur le bord d'une route face à l'ambassade américaine située sur les Berges du Lac nord (10 km au nord de Tunis).

Ils ont ensuite accompli la prière de l'après-midi sur une pelouse aux abords du bâtiment, avant de brûler et piétiner le drapeau américain aux cris de "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand) et scandant des slogans hostiles aux Etats-Unis.

"Obama nous sommes tous Oussama!", ont-ils crié en référence à Oussama Ben Laden, le chef du réseau terroriste Al-Qaïda tué par un commando américain en mai 2011.

Selon une source au sein de l'ambassade interrogée par l'AFP, les employés et diplomates travaillaient normalement mercredi après-midi.

L'ambassade a néanmoins publié sur sa page Facebook une note appelant ses ressortissants en Tunisie "à la prudence" et à éviter toute zone "où de larges rassemblements pourraient avoir lieu".

Mardi à Benghazi en Libye, l'ambassadeur américain et trois fonctionnaires américains ont été tués dans une attaque armée contre le consulat, et au Caire plusieurs milliers de personnes ont manifesté contre le film devant la mission diplomatique américaine.

Le film à l'origine des troubles se veut une description de la vie du prophète Mahomet, et évoque notamment les thèmes de l'homosexualité et de la pédophilie. Il est signé par un Israélo-américain qui décrit l'islam comme un "cancer".

pho-Bsh-alf/cco

PLUS:afp