NOUVELLES

Grève en Afrique du Sud: Anglo American suspend les activités de quatre mines

12/09/2012 05:45 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

MARIKANA, Afrique du Sud - Des centaines de mineurs en grève ont forcé Anglo American Platinum, premier producteur mondial de platine, à suspendre les activités de quatre de ses mines, alors que le conflit de travail s'intensifie au sein de la plus importante industrie d'Afrique du Sud.

Au total, plus de 60 000 mineurs sud-africains ne travaillaient pas mercredi. Il est toutefois difficile de déterminer combien d'entre eux sont réellement en faveur du débrayage visant à obtenir une augmentation salariale, et combien ont peur d'être agressés ou même tués s'ils se présentent au travail.

Les conditions de travail misérables des mineurs, qui vivent dans des taudis alors qu'ils produisent les matériaux de base pour la fabrication d'articles de luxe, mettent en lumière l'incapacité du gouvernement de l'Afrique du Sud à subvenir aux besoins fondamentaux de ses citoyens, ainsi que l'écart grandissant entre une élite noire riche et le reste de la population.

Selon la police, environ 1500 grévistes ont bloqué mercredi les routes menant à la mine d'Amplats près de Rustenburg, au nord-ouest de Johannesburg. Anglo American Platinum a indiqué qu'elle avait placé le reste de ses 19 000 employés en sûreté et fermé quatre sites afin d'assurer la sécurité de son personnel.

Des gardes de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes mercredi contre des mineurs en grève qui tentaient d'empêcher la tenue d'une réunion de l'Union nationale des mineurs (UNM) et le départ d'un train de marchandises de la mine d'or de KDC, a pour sa part révélé le porte-parole de Gold Fields International, Sven Lunsche.

Certains des 15 000 employés du site exploité par Gold Fields veulent que l'UNM, qui est très politisée, soit bannie de la mine située près de Carletonville. M. Lunsche a précisé que 85 pour cent des mineurs ne s'étaient pas présentés au travail mercredi.

La crise qui secoue actuellement le secteur minier sud-africain a commencé le 10 août avec une grève organisée à la mine d'or de la société britannique Lonmin, qui a fait 45 morts, dont 34 hommes abattus par les forces de l'ordre le 16 août. Le corps de la plus récente victime du conflit, apparemment tuée à coups de machette, a été découvert mardi.

Mercredi, les syndicats et le gouvernement ont accusé le politicien populiste Julius Malema d'inciter les mineurs à la révolte. La veille, M. Malema avait réclamé une grève nationale en s'adressant à des milliers de grévistes de Gold Fields.

PLUS:pc