NOUVELLES

Des Syriens arméniens abattus à Alep, 18 soldats tués par les rebelles (ONG, proches)

12/09/2012 10:13 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

Au moins 18 soldats syriens ont été tués mercredi dans une attaque rebelle à la voiture piégée dans la région d'Idleb (nord-ouest), selon une ONG, tandis qu'à Alep, deuxième ville du pays, quatre Syriens arméniens ont été abattus par des hommes armés.

Au total, au moins 44 personnes -- 17 civils, 22 soldats et 5 rebelles-- ont péri dans les violences en Syrie mercredi, selon un bilan provisoire de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui se base sur un large réseau de militants.

A Idleb, "les rebelles ont attaqué à la voiture piégée une position de l'armée près de la ville de Saraqeb", a déclaré à l'AFP le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, sans préciser s'il s'agissait d'un attentat suicide. "Ils ont ensuite attaqué avec leurs armes automatiques cette même position où se trouvaient entre 70 et 100 soldats".

"La position militaire a été entièrement détruite, alors qu'une vingtaine de soldats ont pu fuir", a précisé l'ONG, en citant des militants sur place.

Deux autres postes de l'armée sont encerclés par les rebelles près de Saraqeb, et "plusieurs bataillons ont lancé des attaques à la roquette" sur d'autres barrages dans la province rebelle, toujours selon l'OSDH.

A Alep, la métropole du nord où combats et bombardements font rage depuis huit semaines, des affrontements ont éclaté à l'aube près de l'aéroport, qui fonctionne toujours normalement, selon l'OSDH.

Dans la nuit de mardi à mercredi, quatre Syriens arméniens qui étaient de retour d'Erevan ont été abattus par des hommes armés sur la route de l'aéroport, ont affirmé leurs proches. L'OSDH a fait état d'un bilan de trois morts.

"Cinq voitures ont été attaquées et quatre Syriens arméniens ont été tués. Certains des 13 à 14 blessés ont subi des opérations", a affirmé à l'AFP un ami des victimes, sous couvert de l'anonymat.

"On ne sait pas qui a ouvert le feu, certains disent que ce sont les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), mais ce n'est pas clair, nous n'avons aucune preuve", a-t-il dit. "Je ne pense pas que l'ASL attaquerait des voitures au hasard dans la rue".

Selon lui, une des victimes avait laissé temporairement sa femme et ses enfants en Arménie pour s'occuper d'affaires à Alep.

A Damas, le quartier hostile au régime Hajar al-Aswad était mitraillé par les hélicoptères tandis que ceux de Tadamoun et de Qadam étaient bombardés par l'armée, faisant des blessés. Les forces du régime ont procédé à des arrestations dans d'autres quartiers de la capitale.

Dans la province de Damas, à Deraa (sud) et à Homs (centre), plusieurs maisons ont été détruites dans des bombardements.

Ailleurs dans le pays, au moins 20 corps, dont ceux de deux enfants, ont été retrouvés dans des champs agricoles à Hilfaya dans la province de Hama (centre) au cours des 24 dernières heures, une localité prise d'assaut mardi par l'armée, selon l'OSDH.

Dans cette même région, les bombardements de l'armée régulière ont provoqué des incendies dans plusieurs immeubles ainsi que dans la principale boulangerie à Kastoune.

Et dans l'est du pays, la ville de Boukamal était la cible de raids aériens, qui ont tué au moins trois personnes.

Mardi, les violences avaient fait 138 morts, dont 93 civils, selon l'OSDH.

bur-ram/cco

PLUS:afp