NOUVELLES

Des archéologues ont retrouvé des ossements pouvant être ceux de Richard III

12/09/2012 08:04 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

TORONTO - La réponse à l'un des plus grands mystères de l'Histoire se trouve peut-être dans un laboratoire d'une université britannique et les preuves à l'appui dans une famille canadienne.

Une équipe de l'université de Leicester a annoncé mercredi avoir découvert des ossements dans le secteur où le roi Richard III aurait été enterré, et ils procèdent maintenant à leur analyse. Ils tentent de déterminer si les os appartiennent bel et bien à celui que l'histoire populaire décrit comme un tyran du 15e siècle. Le squelette correspond à la description de Richard III, connu pour son dos voûté, mais les chercheurs ont besoin de preuves supplémentaires.

Ils devront donc se tourner vers une famille canadienne dont l'ancêtre direct est le fameux roi. Ceux-ci fourniront de l'ADN qui permettra de confirmer ou d'infirmer l'hypothèse voulant que les ossements soient ceux de Richard III.

Jeff Ibsen confirme que sa famille a des liens génétiques directs avec celui dont la mort a marqué la fin de la guerre des Deux Roses. La mère de M. Ibsen était une descendante directe de Anne d'York, la soeur aînée de Richard III.

Lorsque des historiens britanniques ont établi cette connection il y a près de dix ans, la famille a été avisée que son aide pourrait être nécessaire advenant la découverte du tombeau de Richard III, relate M. Ibsen. Il affirme qu'un membre de sa famille a déjà fourni de l'ADN.

Des historiens pensent que le corps de Richard III a été emmené jusqu'à Leicester, à 160 kilomètres au nord de Londres, après la mort du souverain lors de la bataille de Bosworth, qui a mis fin à la guerre des Deux Roses, en 1485.

PLUS:pc