NOUVELLES

Blasphème et islam: les précédentes affaires

12/09/2012 12:31 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

WASHINGTON - WASHINGTON (Sipa) — Les manifestations contre des représentations diplomatiques américaines en Egypte et en Libye, déclenchées par un film amateur ridiculisant Mahomet, rappellent, en autres, l'affaire des caricatures du prophète de l'islam en 2005. A plusieurs reprises ces dernières années, des actes ou oeuvres occidentaux accusés d'être blasphématoires ont suscité de violentes protestations dans le monde musulman, souvent attisées par des religieux fondamentalistes.

Voici le rappel de quelques-unes des affaires les plus graves:

- Les caricatures de Mahomet

En septembre 2005 au Danemark, le "Jyllands-Posten" publie une série de caricatures de Mahomet, dont toute représentation est interdite dans l'islam. Sur l'un des 12 dessins, le prophète apparaît avec un turban en forme de bombe. Leur publication dans le quotidien danois puis plusieurs autres journaux occidentaux déclenche une vague de violentes protestations dans le monde arabo-musulman.

Plusieurs dizaines de personnes trouveront la mort au cours des semaines de manifestations, qui verront entre autres des attaques contre les missions diplomatiques danoises en Syrie, en Iran, en Afghanistan et au Liban.

En juin 2008, au moins six personnes périssent dans un attentat-suicide visant l'ambassade du Danemark à Islamabad. La nébuleuse terroriste Al-Qaïda a revendiqué cette opération présentée comme des représailles aux caricatures.

En janvier 2010, l'auteur de l'une des caricatures, l'artiste Kurt Westergaard, fait l'objet d'une tentative d'assassinat à son domicile. L'auteur est un réfugié politique somalien soupçonné d'entretenir des liens avec Al-Qaïda.

- "Les Versets sataniques"

En 1988, l'écrivain britannique d'origine indienne Salman Rushdie publie un roman inspiré en partie par la vie de Mahomet, intitulé "Les Versets sataniques". Acclamé par la critique anglo-saxonne, l'ouvrage suscite l'indignation de nombreux musulmans qui le jugent blasphématoire.

De violentes manifestations contre le livre éclatent à Islamabad au Pakistan et Mumbai (ex-Bombay) en Inde. Plusieurs pays interdiront le roman, dont l'Afrique du Sud, l'Inde, le Pakistan et le Bangladesh.

En Iran, le Guide suprême, l'ayatollah Ruhollah Khomeini, publiera en 1989 une "fatwa", un édit religieux, appelant à assassiner Salman Rushdie. L'écrivain sera contraint de vivre caché et sous protection pendant une décennie. S'il n'a pas subi de violences, son traducteur japonais sera mortellement poignardé en 1991 et la même année son traducteur italien sera blessé par arme blanche.

- L'assassinat de Theo van Gogh

En novembre 2004, le réalisateur néerlandais Theo van Gogh, virulent critique de l'islam dont le film "Soumission" dénonçait le traitement infligé aux femmes par les intégristes musulmans, est abattu alors qu'il circule à vélo dans Amsterdam. Un Néerlandais de 26 ans d'origine marocaine, Mohammed Bouyeri, sera condamné à la réclusion à perpétuité pour cet assassinat. Dans les semaines qui suivront le meurtre, plus de 170 petites attaques de représailles viseront des mosquées ou des églises, selon un rapport de la Fondation Anne Frank et l'université de Leyde.

- L'appel à brûler le Coran

En 2010, un prédicateur de Floride, Terry Jones, appelle à brûler des exemplaires du Coran, le livre sacré de l'islam, à l'occasion du neuvième anniversaire des attentats du 11 septembre 2011 aux Etats-Unis. L'armée américaine s'alarme des conséquences de cette initiative malheureuse pour la sécurité des soldats américains servant en Afghanistan et en Irak.

Terry Jones finira par annuler son appel mais des milliers d'Afghans, encouragés par les talibans, brûleront des pneus dans les rues de Kaboul et plusieurs villes du pas en chantant "Mort à l'Amérique". Dans une province proche de la capitale, la police tirera des coups de feu en l'air pour disperser une foule menaçant la résidence du gouverneur.

En mars 2011, la congrégation de Terry Jones brûlera des exemplaires du Coran lors d'une cérémonie dont des images seront diffusées sur Internet, déclenchant des manifestations en Afghanistan. A Mazar-e-Sharif, dans le nord du pays, plusieurs centaines de personnes s'en prennent à un complexe des Nations unies, tuant sept étrangers dont quatre gardes népalais.

- Les Corans brûlés à Bagram

En février dernier, des soldats américains de la prison de Bagram, dans le nord-est de l'Afghanistan, brûlent 315 exemplaires du Coran ou autres ouvrages religieux provenant de la bibliothèque et qui avaient été jetés à la poubelle. La nouvelle de cette incinération, qui n'était pas intentionnelle selon Washington, s'ébruite, suscitant un déferlement de manifestations américaines dans le pays. Plus de 30 Afghans et six soldats américains trouveront la mort.

Le mois dernier, le Pentagone avait annoncé que six militaires américains avaient été sanctionnés à la suite de cette affaire.

sb/AP-v437/st

PLUS:pc