NOUVELLES

Washington inquiet du sort du Pakistanais ayant aidé à débusquer Ben Laden

11/09/2012 07:08 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

Washington a fait part mardi de son inquiétude quant au sort du médecin pakistanais emprisonné pour avoir aidé les Etats-Unis à retrouver Oussama ben Laden, sans toutefois pouvoir confirmer l'authenticité d'un entretien dans lequel il dit avoir été torturé.

En mai dernier, le docteur Shakeel Afridi a été condamné à 33 ans de prison par un tribunal tribal pakistanais pour avoir aidé la CIA à retrouver le chef d'Al-Qaïda, tué en mai 2011 par un commando américain dans le nord du Pakistan.

Le chirurgien est accusé d'avoir mené une fausse campagne de vaccination à Abbottabad, la ville où se terrait Oussama ben Laden avec ses quatre femmes et ses enfants, pour prélever leur ADN.

La chaîne de télévision américaine Fox News a indiqué mardi avoir obtenu une interview exclusive par téléphone de Shakeel Afridi, derrière les barreaux, dans laquelle il raconte avoir été torturé pendant des mois par les services secrets pakistanais. Mais des doutes ont été émis sur la véracité de cet entretien, publié le jour du 11e anniversaire des attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis.

"Honnêtement, nous ne pouvons pas à ce stade vérifier l'authenticité de l'interview", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland.

"Si nous découvrons cependant qu'elle est bel et bien vraie, alors les allégations (qu'elle contient) seraient extrêmement inquiétantes. Le Pakistan a des obligations en termes de droits de l'homme y compris envers la Convention contre la torture", a souligné Mme Nuland, ajoutant: "Si l'enregistrement s'avérait authentique, on serait en mesure d'attendre que des responsables au sein du gouvernement (pakistanais) mènent une enquête sur les allégations de M. Afridi".

L'avocat de ce dernier a assuré que l'entretien était faux. Selon des journalistes de l'AFP, une telle conversation téléphonique est peu probable parce que les téléphones portables sont bloqués dans la prison où il se trouve.

jkb/sam/mdm

PLUS:afp